J.M. RYMER – Sweeney Todd

sweeney toddTitre VO : Sweeney Todd ; The String of Pearls (1850)
Broché paru le : 1 mai 2011
Editeur : Callidor
ISBN : 978-2-9539447-0-9
Nbr. De pages : 372

Résumé :
« C’était un homme grand, au physique ingrat, comme un pantin dont les parties auraient été mal assemblées, doté d’une bouche, de mains et de pieds si immenses qu’il était lui-même, d’une certaine manière, une véritable curiosité de la nature. » Lorsque l’on apprend la disparition d’un jeune marin dans la capitale anglaise, tous ses amis se mettent à sa recherche. Les pistes semblent toutes mener près du salon d’un barbier, aux abords de Fleet Street. Sweeney Todd a encore frappé…

Impressions :
Pour la première fois publié dans son intégralité en France, « Sweeney Todd » se révèle une plaisante découverte, malgré un rythme un peu inégal dû à l’effet « feuilletonesque » du roman.

Il faut tout d’abord resituer cet ambitieux roman qui fut publié en 1850. Paru sous forme de feuilleton sur plusieurs mois, « Sweeney Todd » fut l’un des premiers précurseurs du roman noir mettant en scène un meurtrier abominable et amoral. Et force est de constater que ce récit fait froid dans le dos, malgré son écriture un peu datée. En effet, ce roman prouve qu’il n’est nul besoin selon moi, de longues descriptions horrifiques pour inspirer l’effroi chez le lecteur. Le roman se complait dans les non-dits, dans les allusions fugaces à des meurtres de sang-froid, et petit à petit le malaise nait chez le lecteur. Entre appréhension et épouvante, l’auteur nous mène habilement dans son récit, nous interpelle au détour d’un chapitre, pour mieux nous happer et nous faire partager toute l’horreur des événements. En ce sens, l’auteur se démontre entreprenant et astucieux, car la narration est intrigante et nous pousse vers son machiavélique dénouement.

Pour autant, certains passages, voire certains chapitres entiers, viennent casser ce rythme et cette tension sous-jacente, par des scènes de la vie domestique qui n’apportent pas grand-chose à l’histoire. C’est là que l’on se souvient que le roman était à la base un feuilleton et qu’il fallait tenir le lecteur sur de longs mois. Peut-être était-ce également une volonté de l’auteur d’insister sur le caractère morbide et maléfique de Todd par rapport aux autres protagonistes ? Ou bien est-ce juste un des travers de l’époque, le roman datant tout de même du XIXème siècle ? Quoi qu’il en soit, je dirai que c’est le défaut majeur du roman. Bien que, le récit ne dépassant pas les 400 pages, je n’y vois rien de rébarbatif.

En ce qui concerne les personnages, l’auteur nous oppose deux extrêmes. Avec Sweeney Todd et Mrs Lovett, c’est le côté sordide du Mal, avec tout ce qui caractérise des personnages antipathiques. En effet, Todd est aussi bien laid de l’intérieur que de l’extérieur, jusqu’à son rire qui fait fuir les gens, dans ce qu’il a de plus démoniaque. A l’opposé, il y a la jolie Johanna, ingénue et angélique, qui rêve de retrouver son amour perdu, mais aussi Tobias, le malheureux apprenti qui devra subir les fourberies et les tortures de son patron, Sweeney Todd. Certes Todd est répugnant et malveillant, mais c’est personnage abouti et on attend sa chute avec intérêt. A côté, la candide Johanna fait bien pâle figure, voire agace dans sa grandiloquence à retrouver son amour. Je dois dire qu’à la base, je ne suis pas fan de cette débauche de grands sentiments, du coup ce personnage m’a un peu exaspéré.

En bref, « Sweeney Todd » se révèle une très agréable lecture, oscillant entre le morbide et les non-dits, entre la suggestion et le final horrible à souhait. Se présentant comme un précurseur du roman policier, le lecteur fera vite l’impasse sur les quelques défauts du roman (passages inutiles, héroïne un peu niaise), pour se consacrer sur son intrigue prenante à glacer d’effroi !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:, ,

3 réflexions sur “J.M. RYMER – Sweeney Todd

  1. Tesrathilde 10/05/2015 à 18:50 Reply

    J’ai vu l’adaptation de Tim Burton, je pense que ça pourrait aussi m’intéresser en livre. Par contre le feuilleton, pas trop mon truc… A voir !

    • nymeria 24/05/2015 à 18:57 Reply

      Le côté chantant de l’adaptation de Tim Burton ne m’a pas vraiment plu. Pourtant j’aime bien les acteurs comme le réalisateur. En tout cas l’histoire est effrayante ! O_O

      • Tesrathilde 25/05/2015 à 09:41

        C’était horrible, chansonnettes ou pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :