Rikka PULKKINEN – L’armoire des robes oubliées

l'armoire des robes oubliéesTitre vo : Totta (2010)
Paru le : 4 janvier 2012
Editeur : Albin Michel
ISBN : 978-2-226-23840-5
Nb. de pages : 399
Prix constaté : 20.90€

Résumé :

Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d’un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille.
Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu’elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère. Mais Anna ne tarde pas à comprendre qu’elle a été beaucoup plus qu’une employée et que son grand-père, peintre célèbre, l’a profondément aimée.

Ce que j’en ai pensé :

  Le mois dernier, Albin Michel publiait un très beau roman d’une jeune auteure finlandaise qui risque de faire parler d’elle dans les années à venir, je veux parler de « L’armoire des robes oubliées » de Rikka Pulkkinen. Le titre, avec ces accents de nostalgie, m’a interpellé avec tout ce qu’il promettait : secrets oubliés, tranches de vie familiale et autres drames domestiques, et force est de constater que ce roman a comblé toutes mes espérances. Un premier roman abouti et juste, qui m’a beaucoup émue.

  « L’armoire des robes oubliées » nous entraine sur les pas de trois générations de femmes avec la découverte du cancer d’Elsa, doyenne de la famille et ancienne pédopsychiatre. Ses proches essaient alors, à leur manière, d’appréhender sa mort prochaine, et c’est tout naturellement que les souvenirs refluent à la surface. Dès lors la narration alterne les points de vue entre Elsa la grand-mère, Eleonoora sa fille unique, Elsa une de ses deux petites filles mais surtout la mystérieuse Eeva, dont une simple robe « oubliée » déclenchera une avalanche de souvenirs malheureux. Le récit jongle entre passé et présent (des années 60 à nos jours) et l’auteure fait renaitre les sentiments égarés de cette famille si actuelle, qu’un drame a failli briser. Le ton est juste et d’une grande sensibilité, on lit ce roman comme l’on respire, avec aisance et naturel. Rikka Pulkkinen semble connaitre les sentiments humains sur le bout des doigts, et elle les décortique ici avec brio.

  Etrangement « L’armoire des robes oubliées » est un récit aussi moderne qu’il est ancien, car si les sujets abordés sont toujours autant d’actualité (importance de la carrière chez la femme, accomplissement personnel mais aussi maternité), cette passion amoureuse qui remet tout en question semble traverser les âges. Pas étonnant donc qu’il y ait autant de similitude entre Eeva et Anna, deux jeunes femmes que tout devrait séparer mais qui sont si semblables en fin de compte. Mœurs différentes certes, mais sentiments identiques. Ce qui rend le roman très riche en émotion, l’auteure abordant la question de la vie et de la mort, du sentiment amoureux, de la jalousie et de l’affection maternelle. Le tout servi par une écriture empreinte de poésie et de pudeur, avec une sensibilité de langage qui fait mouche. Un très beau roman qui n’est pas sans rappeler « Le goût des pépins de pomme » de Katharina Hagena, de par son côté portrait de femme mêlé de nostalgie. A découvrir.

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :