Sire Cédric – Le premier sang

le-premier-sangBroché paru le : 15/03/2012
Editeur : Le Pré aux clercs
Collection : Thriller
Nbr. de pages : 511
Prix constaté : 19.50€

Résumé :
Les plus grandes terreurs naissent dans l’enfance et prennent racine au plus profond de nous. Qu’est-ce qui les fait resurgir ? Sommes-nous capables de les surmonter ? Par une nuit d’hiver glacée, deux flics de la criminelle, partis pour surveiller un parrain de la drogue en banlieue parisienne, mettent les pieds dans une étrange affaire. Leur principal suspect est mort brûlé vif dans son appartement et les méthodes employées ne ressemblent pas à un règlement de compte.
Eva Svärta, la policière albinos, dominée par le désir obsessionnel de retrouver le meurtrier de sa mère et de sa sœur jumelle, pressent un danger imminent. Et si les fantômes du passé se mettaient à reprendre vie? Hallucination ou réalité? A travers ce nouveau thriller étonnant de maturité, Sire Cédric ramène son héroïne aux origines du mal qui l’empoisonne. Le vertige qui la submerge progresse tout au long de l’intrigue, impitoyablement, terriblement.
Vos nuits n’ont pas fini de vous surprendre.

Ce que j’en ai pensé :
Avec une verve toujours aussi effilée et sanglante, Sire Cédric nous livre un nouveau thriller fantastique dans la lignée de ses romans précédents. « Le premier sang » est également l’occasion pour le lecteur de retrouver la ténébreuse Eva Svärta, flic albinos au passé torturé, qui se trouve embarquée sur une piste de sang et de magie vaudou, à la recherche de son passé. Blindez vos estomacs et rallumez la lumière, Sire Cédric vous emmène dans une descente aux enfers que vous n‘êtes pas prêt d’oublier…
Le premier chapitre annonce assez vite la couleur, l’auteur a décidé de nous plonger dans une ambiance glauque et dérangeante à souhait, où la frontière entre réel et occulte s’avère mince. On frémit d’effroi face à cette femme dont les joues s’ouvrent en deux comme par magie et on sent que le récit sera sombre, très sombre… Comme de coutume avec Sire Cédric, le suspense est mené de main de maitre. Le roman s’ouvre sur plusieurs faits étranges qui nous interpellent et rendent le récit addictif, on en vient à tourner les pages sans même sans rendre compte. Bien sûr, il faut avoir le cœur bien accroché car le roman recèle sa part d’atrocités et de meurtres, ce n’est pas un thriller pour rien. Ce qui fait plutôt bien passer la pilule de ce parti pris de violence, c’est l’emploi d’une bonne dose de fantastique, que l’auteur sait amener avec brio. On ne tombe à aucun moment dans le grotesque ou le ridicule, au contraire, l’auteur réussit à nous glacer le sang tant les événements nous paraissent réels.

L’héroïne y est certainement pour beaucoup. Son apparence, éthérée et fragile, apporte une aura empreinte de mystère, renforcée par son passé tragique. L’ambiguïté qui se dégage d’elle tout au long du roman (entre ombre et lumière) m’a particulièrement plu. Si dans « Le premier sang », Eva Svärta se retrouve aux prises avec les fantômes (au sens littéral) de son passé, elle n’occupe pas seule le devant de la scène. Le roman, découpé en plusieurs parties, alterne les points de vue entre différents personnages. Que ce soit du côté des poursuivants que des poursuivis, l’auteur nous plonge dans les méandres d’esprits torturés et malsains, certaines scènes soulevant parfois le cœur. Entre meurtres rituels, magie vaudou, esprits vengeurs et fantômes messagers, il y a fort à parier que vous ne fermerez pas l’œil de la nuit…

Verdict : Nuit blanche

nuit-blanche

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :