Carol BERG – Les livres de Rai-Kirah, tome 1 : L’esclave

raikirah1Illustration de couverture : Bruno Wagner alias Yayashin
Titre vo : Books of the Rai-kirah, book 1: Transformation (2000)
Poche paru le : 26/01/2012
Edition : Folio SF
ISBN : 978-2-07-044293-5
Collection : Fantasy
Nb de pages : 621
Prix constaté : 8.60€

Résumé :

Seyonne était le détenteur d’une magie puissante, le dernier rempart contre les rai-kirah, de redoutables démons aux noirs desseins, qui n’hésitent pas à s’infiltrer dans l’esprit des humains. Mais aujourd’hui, privé de ses pouvoirs, banni par les siens, Seyonne n’est plus qu’un esclave au service d’Aleksander, le fils de l’empereur derzhi qui a asservi son peuple, les Ezzariens. Sa vie ne vaut plus rien, mais il va devoir la risquer pour lutter contre les démons qui semblent avoir infiltré la cour de l’empereur et mettent en péril l’équilibre du monde.

Ce que j’en ai pensé :

  Voilà un cycle que je voulais lire depuis longtemps, la sortie du premier tome en poche chez Folio tombait donc à pic ! Et pour le coup, je suis vraiment conquise par l’écriture de Carol Berg, qui est racée et soutenue, bien au-dessus de la tendance actuelle. Tout le roman d’ailleurs n’a pas grand-chose à voir avec ce qu’on lit dernièrement : aux oubliettes les voleurs, assassins et magiciens que l’on trouve communément en Fantasy. Du moins sur la première partie du tome, qui pour le coup, ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir chassé, c’est donc une agréable surprise de voir l’aspect fantastique s’immiscer doucement dans le récit.

  Le ton du récit et l’atmosphère qui s’en dégage sont résolument durs et adultes, le narrateur Seyonne, étant un esclave depuis plus de 16 ans. L’auteur décrit avec beaucoup de réalisme cet univers désenchanté fait de brimades, de punitions et d’humiliations. L’espoir d’une vie meilleur n’effleure même plus Seyonne qui ne pense pas une seconde à se rebeller. A quoi bon ? Etant donné le parti pris de Carol Berg de nous faire vivre cette histoire par les yeux de l’esclave Seyonne qui utilise le « je », une relation d’empathie se noue avec lui, ce qui joue beaucoup sur l’impact que le récit a sur nous.

  La relation entre les deux personnages principaux du roman, Seyonne et le prince Alksander, apporte tout le sel de l’intrigue. D’ailleurs la première partie du tome se concentre sur l’évolution de leur relation et nous donne quelques clés de compréhension de l’univers. C’est selon moi, le point fort de l’auteur, qui nous livre des personnages à la psychologie fouillée, charismatiques à souhait et qui se complètent parfaitement. On en vient même à trouver les méchants de l’histoire bien falots en comparaison. L’empereur par exemple m’a fait tiquer. Je m’attendais à un personnage majestueux et dangereux, mais le prince Aleksander lui vole carrément la vedette question autorité…

  Le rythme de l’intrigue n’est pas soutenu, mais va plutôt crescendo, les événements se mettant en place au fur et à mesure que les tenants et aboutissants sont révélés. N’allez pas croire qu’on s’ennuie, ce n’est pas le cas, mais si vous êtes féru d’action débridée, vous risquez fort d’être déçu. Néanmoins, l’univers créé par Carol Berg est soigné et attrayant, et ceux qui aiment complots et trahisons seront plus que satisfaits. Si l’on ajoute à cela la magie et les démons, on obtient un premier tout à fait honnête, dont je regrette tout de même un peu la fin un peu trop onirique (et du coup nébuleuse) à mon goût. A découvrir.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :