J.K. ROWLING – Une place à prendre

une-place-à-prendreTitre vo : The casual vacancy (2012)
Broché paru le 28/09/2012
Edition : Grasset
ISBN : 978-2-246-80263-1
Prix constaté : 24€
Ou passer commande : Priceminister

Résumé :
Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre… Comédie de moeurs, tragédie teintée d’humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

Ce que j’en ai pensé :
Comme de nombreux blogueurs, j’étais plutôt curieuse de découvrir ce que pouvait donner JK Rowling quand elle s’essaye au roman adulte, mais surtout c’est la mention de « satire féroce » en quatrième de couverture qui a définitivement attiré mon attention. Et sur ce point, la dame a comblé toutes mes espérances ! C’est grinçant à souhait, les traits d’ironie fusent avec délice, une véritable peinture de mœurs sombre et caustique, qui n’épargne personne au passage. Que ce soit les hypocrites, les envieux, les arrivistes, les pathétiques, les flagorneurs, tous se font éclabousser par la verve incisive de JK Rowling. Et ça fait du bien ! Haro sur la langue de bois et les comédies idylliques, ici on rit, certes, mais ça tient plus du ricanement qu’autre chose.

  Dans « Une place à prendre » les petites luttes intestines de pouvoir côtoient les désespérés qui essaient de garder la tête hors de l’eau et la comédie de mœurs devient tragédie. Pas de doute possible, que vous aimiez ou non ce type de roman, « Une place à prendre » ne vous laissera pas indifférent. Car finalement si JK Rowling nous offre un portrait au vitriol de ses pairs, c’est pour mieux mettre en exergue les choses importantes de la vie. Comme dans de nombreuses satires sociales, le nouveau roman de JK Rowling souffre de quelques longueurs et certaines descriptions laissent apparaitre des redondances de-ci de-là. Rien de bien méchant quand on est coutumier du genre (le dernier roman de Jonathan Franzen souffrait des mêmes faiblesses) mais qui peut lasser au bout de 680 pages ! Je regrette aussi certains détails et détours narratifs inutiles qui alourdissent un tantinet le récit. Au moins, on ne pourra pas reprocher à JK Rowling de ne pas donner du champ à ses personnages qui sont brossés avec soin, bien qu’ils soient un peu nombreux à mon goût.

  En bref, avec sa satire sociale, JK Rowling laisse tous ses contemporains sur le carreau et écorche les bien-pensants et les opportunistes qui en prennent pour leur grade. Je mets au défi quiconque de ne pas avoir ri à un moment donné (même si c’est jaune). On regrettera certaines lenteurs et un discours un peu trop prolixe parfois, sans compter un nombre conséquent de personnages. Reste qu’ « Une place à prendre » est un roman charismatique, j’ai envie de dire, et qui vaut le détour à plus d’un titre.

Ma note : 15/20

Lu dans le cadre des « Matchs de la Rentrée Littéraire 2012 » avec Priceminister

15

Publicités

Tagué:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :