Rowena CORY DANIELLS – The Outcast chronicles, book 1: Besieged

Outcast-1Illustration de couverture : Clint Langley
Edition : Solaris
Paru le : 26/06/2012
ISBN : 978-1781080115
Nbr de pages :672
Prix constaté : 7€

Résumé :
Sorne, the estranged son of a King on the verge of madness, is being raised as a weapon to wield against the mystical Wyrds. Half a continent away, his father is planning to lay siege to the Celestial City, the home of the T En, whose wyrd blood the mundane population have come to despise. Within the City, Imoshen, the only mystic to be raised by men, is desperately trying to hold her people together. A generations long feud between the men of the Brotherhoods and the women of the sacred Sisterhoods is about to come to a head. With war without and war within, can an entire race survive the hatred of a nation?

Ce que j’en ai pensé :
Rowena Cory Daniells est une auteure que j’affectionne beaucoup mais dont vous n’avez probablement jamais entendu parler, vous, lecteurs francophones, aucuns de ses romans n’ayant été publiés à ce jour en France. Et c’est franchement très dommage, parce que la dame a tout d’une grande ! Je la rapprocherais de Robin Hobb (excusez du peu !) par le style humaniste et qui fait la part belle aux sentiments des personnages. Sa dernière trilogie « Outcast », reprend les thèmes chers à son cœur : un panaché de protagonistes aux mœurs très différents, faisant face à des luttes de pouvoir, dans un univers mêlant magie et intrigues de cour. On retrouve tous les bons ingrédients d’une épopée fantaisiste : de l’amour, de l’aventure, des intrigues politiques, des complots… Bref, on ne s’ennuie pas une minute tout le long de ce premier tome d’une richesse incroyable.

  Si l’univers met en place un système de magie, il est loin des codes traditionnels du genre. Dans « Outcast », seul un peuple est capable d’user de celle-ci à sa guise et, comme de bien entendu, ils sont méprisés du reste du monde. Les T’En, albinos aux yeux rouges, vivent en dehors du Royaume de Chalcedonia, organisés en un système de castes complexes qui divisent hommes et femmes en deux groupes. Ceux-ci ne peuvent faire usage de la magie de la même manière et c’est donc tout naturellement qu’un ordre matriarcat s’impose, les femmes étant plus puissantes. Je vous laisse imaginer les problèmes et frictions qui en découlent, le rang social revêtant un intérêt particulier… De l’autre côté, en Chalcedonia, le roi rêve de grandeur, et se verrait bien écraser les T’En pour mieux les contrôler. Mais celui-ci n’est pas aussi sain d’esprit qu’il voudrait le laisser croire et lorsque sa femme met au monde un enfant T’En, les rouages du destin se mettent en marche…

  Difficile de vous offrir une vision d’ensemble des intrigues de ce premier tome, celles-ci étant fort nombreuses et complexes. Les enjeux et complots sont légion, Rowena Cory Daniells peaufinant son univers dans les moindres détails. La narration alterne les points de vue entre les différents personnages, de sorte que le lecteur jouisse d’une vision d’ensemble des desseins de chacun. Les relations entre les personnages revêtent le caractère le plus important de la trame, avec des personnages qui se croisent au fur et à mesure des années passant. Car, oui, l’autre qualité de l’auteure, c’est de faire évoluer ses personnages dans le temps (plus d’une dizaine d’années s’écoulent). On les voit ainsi changer, s’affirmer ou au contraire laisser la rancune et la haine envahir leur cœur. C’est une des choses que j’apprécie chez cette auteure, cette absence de manichéisme chez ses héros. Bref, c’est prenant, vivant, riche en émotions diverses, et écrit par une jolie plume, que demander de plus ? Le petit bémol que je pourrais faire à ce cycle, c’est d’avoir une myriade de personnages avec des noms aux consonances plus ou moins pareilles, de sorte que l’on s’y perd assez souvent. Rien de bien méchant. Mon conseil : mettez-vous à l’anglais !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:,

6 réflexions sur “Rowena CORY DANIELLS – The Outcast chronicles, book 1: Besieged

  1. SarasvaLit 16/12/2015 à 12:45 Reply

    J’ai gardé un très bon souvenir des sagas de Robin Hobb donc le rapprochement ne peut que me convaincre.
    J’aime également les séries qui nous permettent de voir évoluer les personnages, et je suis allergique au manichéisme.
    Donc je mets de côté ce titre, j’irai le découvrir à l’occasion.

    • nymeria 16/12/2015 à 21:08 Reply

      J’adore Robin Hobb ! 😀 Et contrairement à certaines auteures qui n’innovent pas beaucoup (Trudi Canavan, Glenda Larke, Karen Miller & cie), je trouve que Rowena Cory Daniells peaufine vraiment ses personnages et ses intrigues. On entre facilement dans ses univers.

      Tu lis beaucoup en vo ? J’essaie de lire principalement des romans qui ne sont jamais sortis en vf et qui ont peu de chance d’arriver chez nous.

  2. SarasvaLit 16/12/2015 à 23:43 Reply

    Oui j’essaie de lire beaucoup en VO. Je fonctionne plutôt par périodes en fait. Là en particulier je sors d’une période presque exclusivement en anglais, à tel point que je perdais goût au français. Ca m’a tellement alarmée de buter sur des mots français et de trouver bizarre des tournures tout à fait classiques que je me suis relancée dans les livres en français.
    Comme toi, j’essaie de réserver mes lectures VO à des livres non parus en France. C’est principalement parce que je suis une collectionneuse dans l’âme et que les livres français (on parle objet là), sont plus beaux que les livres VO. Enfin ce n’est que mon avis. Et il doit y avoir des exceptions.

    • nymeria 17/12/2015 à 14:24 Reply

      Ca m’arrive aussi quand je lis beaucoup en anglais. Après je trouve les traductions bancales, comme si le livre vf manquait de saveur, d’authenticité… C’est beaucoup le cas avec le YA que j’essaye de lire (quand j’en lis) principalement en vo parce que la simplicité de l’écriture me bloque en vf. Je trouve les éditions vf plus belles aussi. Après, ça dépend si tu achètes des brochés ou des reliés en vo parce que ces derniers sont vraiment beaux mais un peu cher.

  3. SarasvaLit 17/12/2015 à 15:16 Reply

    C’est exactement ça.
    Je privilégie les brochés justement à cause du prix même si les reliés sont beaucoup plus beaux. Quand bien je le voudrais, je n’ai pas un budget illimité. mais ça je pense que c’est le problème de beaucoup de lecteurs passionnés.

    • nymeria 17/12/2015 à 22:57 Reply

      Les reliés c’est tellement classe mais si cher. Et ça rend bien dans la bibliothèque. Mais il faut faire un choix. Entre pouvoir acheter un peu plus des éditions moins jolies et ne prendre que des éditions luxueuses mais moins souvent. Personnellement, le choix est vite fait. Même si ça m’agace un peu quand les tranches de mes livres cassent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :