Alexandra BRACKEN – Les insoumis, tome 1

insoumis1Titre vo : The darkest minds, book 1 (2012)
Paru le : 07/03/2013
Edition : La Martinière Jeunesse
ISBN : 978-2-7324-5168-8
Nbr de pages : 512
Prix constaté : 14.90€

Résumé :
Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleurs en fonction du danger qu’ils représentent, et parqués dans des camps.
Ruby et quelques autres refusent cette fatalité et s’enfuient. Échapperont-ils à leurs poursuivants? Et surtout, parviendront-ils à maitriser leurs pouvoirs psi sans perdre leur âme?
Dans un monde à la dérive, leur liberté fait peur. Pourtant, l’avenir est entre leurs mains.

Ce que j’en ai pensé :
Surfant sur la vague des romans dystopiques comme Divergent ou Promise, « Insoumis » nous propulse dans un avenir pessimiste où une épidémie décime peu à peu les enfants. Les rescapés, eux, se mettent à développer des habiletés hors du commun : télékinésie, synesthésie, empathie, etc. Et bien sûr, la populace (ou devrais-je dire les adultes ?), prise de peur décide de réprimer et assujettir la nouvelle génération. Je dis bien sûr, car le point d’orgue de ces romans YA nouvelle vague, est de montrer un futur apocalyptique, où les lois sont bafouées et la jeunesse opprimée. Comme je l’avais déjà remarqué avec « Divergent », ces romans sont de plus en plus alarmistes et violents, et bien que le but est de servir d’électrochoc aux dérives possibles de notre société, j’ai un peu l’impression qu’il y a une surenchère malsaine de virulence qui n’est pas pour me plaire. Mais j’oubliais que l’amour résout tout !

  OK, vous l’aurez compris, je n’ai été qu’à demi convaincue par ce roman qui pourtant, me faisait très envie au départ. Là, j’ai un peu eu l’impression de lire toujours la même chose, le même schéma se répétant de sortie en sortie. Pour commencer, le roman manque de rythme et de profondeur, la romance et les sentiments prenant le pas sur l’intrigue. On en saura pas plus sur l’origine de l’épidémie, ni sur ces conséquences mondiales et économiques, qui sont survolées vite fait en passant. L’auteur nous lâche quelques bribes d’information de-ci de-là, mais c’est bien trop peu pour réellement nous satisfaire. Là où le roman pêche vraiment, c’est dans sa construction, qui manque de scènes de transition, les chapitres se succédant en occultant certaines scènes de progression logique. L’auteur semble d’ailleurs oublier certains détails qui ne collent pas, on passe sous silence certaines réactions des protagonistes qui n’arrivent pas…

  L’héroïne, quant à elle, ne fait pas du tout preuve de logique. La pauvrette réfléchit-elle ? A part à se torturer sur ses émois et « non, je suis un monstre… », elle ne cherche pas à comprendre son univers, choisit de garder un moyen de contacter des psychopathes qui veulent se servir d’elle (au cas où… Euh… Franchement ?). Bref des réactions pas crédibles, surtout pour une jeune fille qui sort de 6 ans d’isolement et qui se méfie (a priori) de tout le monde. C’est en gros, pour la première partie, le récit d’une fuite, puis d’un semblant de retour à la vie et à la « normalité ». Pas de surprises également, dans le scénario, on sait que certains dévoileront leur vrai visage tôt ou tard et la fin s’avère convenu dans le genre. Je n’ai pas ressenti d’affinité quelconque avec les personnages, qui se révèlent plats et sans saveur. Mis à part deux scènes qui sont éprouvantes et/ou émouvantes (le passé de Ruby et les quelques scènes d’action), le reste n’apporte pas de grand renouveau. C’est loin d’être mauvais, mais je ne suis pas sûre que cela reste dans les annales. Ou alors c’est moi qui suis blasée… Peut-être. Bref, je ne suis pas spécialement curieuse de lire la suite.

Verdict : Planche de salut

planche-de-salut

Publicités

Tagué:, ,

6 réflexions sur “Alexandra BRACKEN – Les insoumis, tome 1

  1. Zina 27/05/2013 à 17:31 Reply

    J’avais lu un avis très enthousiaste sur ce titre, mais ton avis remet les choses en perspectives !

    • nymeria 11/06/2013 à 21:53 Reply

      Je crois que je deviens de plus en plus difficile question YA. Faut pas que ce soit trop niais, déjà vu, etc. Et malheureusement, le genre se renouvelle peu. Mais bon, pour relativiser, je suis une des rares à ne pas être enthousiaste ! (oui, je suis une vieille grincheuse :P)

  2. Buckette 16/12/2014 à 20:25 Reply

    Je viens de lire un avis très positif sur ce roman. Il semblerait que tu ais remarqué des choses que n’a pas vu l’autre lectrice. Mais je vois qu’on semble accorder de l’importance au déroulement des actions et au comportement de l’héroine… Bon. Je vais le mettre dans ma WL… tout en gardant à l’esprit ces critiques constructives – même si tu sembles déçue par le dystopique 😀

    PS : En parlant de dystopie young adult avec héroine completement à la masse… evite de lire Naturalis. A bientot ! 😀

    • nymeria 10/01/2015 à 17:40 Reply

      La personnalité de l’héroïne est très importante pour moi dans ce type de roman parce qu’on retombe souvent dans les clichés. Je suis assez difficile en ce qui concerne les YA. On voit souvent revenir les mêmes structures narratives, c’est agaçant (et je me fais vieille :P).
      Merci pour le conseil. A + 🙂

  3. ganache 04/02/2015 à 16:53 Reply

    Je viens de commencer ce roman. J’ai vu ta critique, d’habitude j’évite de lire avant mais là, comme je ne suis pas emballée pour l’instant. Bof bof, j’hésite.
    J’ai vu que tu avais Promise dans ta PAL. J’ai détesté mais bon mon avis n’est pas une référence. Par contre, j’ai beaucoup aimé Partials, de Dan Wells (Dystopie jeunesse) et là pour le coup, l’héroïne a un certain charisme.

    • nymeria 12/02/2015 à 21:23 Reply

      J’aime bien le genre YA mais j’ai tendance à trouver ça redondant donc je suis plus sévère. Et là, objectivement il y a pas mal de failles. Bon, après les goûts et les couleurs 😀 Promise, j’ai le dernier tome dans ma PAL, j’ai déjà lu les 2 premiers que j’avais plutôt apprécié dans l’ensemble (le 2nd tome un peu moins déjà). Faudrait que je finisse la trilogie. « Partials », je te rejoins, c’est du très bon YA avec de « vrais » personnages et une histoire bien construite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :