Andreï DYAKOV – Vers la lumière, tome 1

vers-la-lumiereIllustration de couverture : Benjamin Carré
Titre original : K Cbety (2010)
Edition : L’Atalante
Collection : La dentelle du cygne
ISBN : 978-2-84172-610-3
Nbr de pages : 312
Prix constaté : 17€

Résumé :
Dans les profondeurs du métro de Saint-Pétersbourg, où la mort revêt tant de visages, la puissante Alliance littorale arme une expédition en surface. Des stalkers ont aperçu une lumière qui aurait sa source sur l’île de Kotline, dans la baie de la Neva. Serait-ce le signal de cette Arche de salut qu’espèrent les fidèles de l’Exode, une secte qui prolifère à travers le métropolitain ? Gleb, un jeune adolescent de la station Moskovskaïa, sera du voyage. Mais quels périls guettent les audacieux ? Et quelles révélations les attendent au bout de leur périple ?

Ce que j’en ai pensé :
Après m’être essayé à la lecture de zombies avec un succès mitigé, me voici explorant le vaste genre de romans post-Apocalyptique. A moi les mondes impitoyables peuplés de créatures bizarroïdes ! Et quelle meilleure entrée en matière que ce « Vers la lumière » d’Andreï Dyakov, qui m’a bluffée à bien des niveaux. De suite, j’ai été immergée par son univers souterrain angoissant à souhait. J’ai bel et bien flippé, pourtant je ne suis pas du genre impressionnable, mais j’avoue que ce roman m’a tiré quelques frissons ! « Vers la lumière » est un roman à « vivre » et à apprivoiser petit à petit. Rien n’est plus facile que de le faire en compagnie de Gleb et Taran, deux personnages authentiques qui ne laissent pas indifférent.

  Le roman, qui fait partie de l’univers « Métro 2033 » initié par Dmitry Glukhovsky, peut tout à fait se lire indépendamment comme un bon one-shot. Andreï Dyakov a à cœur de restituer l’univers préconçu en se l’appropriant, aucune inquiétude à avoir de ce côté-là. Le décor est bien entendu planté dans une vieille ligne de métro désaffecté (celle de Saint-Pétersbourg), et cet espace confiné, sombre, où peuvent se cacher les pires cauchemars, a quelque chose d’inquiétant. On imagine les bruits des rats détalant sur les rails, des grincements des vieilles pièces de métal et du silence assourdissant alentour. Sans compter les odeurs et la touffeur environnante. Vraiment, on s’y croirait, catapulté dans cet univers sinistre. Et son aspect dantesque saute aux yeux.

  L’environnement de « Vers la lumière » ne se cantonne heureusement pas qu’aux vieilles stations de métro. Le petit groupe en mission (à la recherche de la fameuse lumière salvatrice), tente une percée vers la surface. On pourrait pousser un ouf ! de soulagement, que nenni ! Leur périple se transforme vite en eau de boudin, et on tourne les pages fébrilement, se demandant quelle épreuve les attend au tournant. Cette vision de l’humanité (ou ce qu’il en reste après cette catastrophe nucléaire) fait froid dans le dos. L’air vicié, les décombres calcinés, le ciel opaque. Chaque détail concourt à faire naitre une impression de malaise, malaise conforté par les descriptions très cinématographiques qui s’imposent à notre esprit.

  Leur expédition se révèle captivante en partie grâce au jeune Gleb, parachuté un peu par hasard au milieu de ce groupe de mercenaires. Malgré les visions effroyables, il garde une certaine candeur, c’est le seul qui porte encore une étincelle d’espoir au fond de lui. Le récit est par ailleurs émaillé de considérations existentielles, qui s’intercalent au milieu de ce chaos. Truffé de scènes d’action, la tension du récit ne se relâche pas, bien au contraire, elle prend de l’ampleur au fur et à mesure que les pages se tournent. Le journal d’un survivant, que Gleb trouve au milieu des décombres, est horrifiant à souhait. Preuve que les bassesses auxquelles les humains sont prêts à se livrer sont sans commune mesure. Certaines scènes font hommage aux nanars de la SF (les taupes mutantes) et nous arrache un rare sourire. Sourire qui s’étiole bien vite quand les événements se précipitent vers la fin et que l’horrible vérité se fait jour dans nos esprits. Vérité dont je n’avais pas imaginé l’étendue, loin de là !

  Bref, un très bon roman post-apo, intelligent, dynamique, sinistre, et qui réussit à garder son suspense jusqu’à la toute fin. Une suite vient de paraitre chez l’Atalante il y a peu. En voilà un qui va rejoindre ma PAL très vite !

Verdict : Nuit blanche

nuit-blanche

Publicités

Tagué:, , , ,

2 réflexions sur “Andreï DYAKOV – Vers la lumière, tome 1

  1. Ly' 06/09/2013 à 00:43 Reply

    Wow ça a l’air super! Ton avis me donne vraiment envie. Ton blog à l’air vraiment sympa, avec juste un coup d’oeil sur les couvertures j’ai envie d’en savoir plus 🙂 Tes lectures m’intrigue!

    • nymeria 06/09/2013 à 13:47 Reply

      Héhé, c’était le but de ma chronique, ce roman est passé inaperçu c’est vraiment dommage ! Si je contribue à le faire un peu plus connaitre, je suis contente. 🙂
      Merci, c’est gentil ! ^^ Bonne navigation alors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :