SYLAS – Décadence, tome 1

DecadenceParu le : 10/05/2013
Editions : Asgard
Collection : Reflets d’ailleurs
ISBN : 978-2-36574-001-2
Nbr de pages : 323
Prix constaté : 18€
Existe en format epub pour 9.99€

Résumé :
Twynte. Monstre urbain au squelette d’échelles, de coursives et de traverses, caparaçonné de murailles titanesques ; Twynte repousse depuis toujours les limites du ciel pour loger ses parasites humains qui la nécrosent et la soignent. Fahim Lévi arpente ce dédale vertical à la recherche des disparus. Quand un riche client lui demande de percer à jour la Bulle Rouge, réseau clandestin de trafic d’organes, le mage pressent que cette affaire ne sera pas une partie de plaisir…

Ce que j’en ai pensé :

  Encore une belle découverte dans la catégorie Urban Fantasy (française qui plus est), avec ce premier tome de « Décadence ». Sans prétention, le récit nous embarque de suite dans son univers classique et on s’imprègne facilement de l’imaginaire de l’auteur. L’ambiance du roman et sa narration se veulent actuelles, modernes et de ce fait « Décadence » se lit très vite, les pages défilant toutes seules. La ville de Twynte où se déroule principalement ce premier tome est décrite sans lourdeurs ou de trop longs passages descriptifs mais on en visualise facilement les détours tortueux, les édifices fragilisés par le manque de magie. Le système de magie, quant à lui, n’a rien de bien novateur dans le genre mais fonctionne plutôt bien. J’ai particulièrement apprécié le lourd tribut qui accompagne toute utilisation de magie, à savoir la fameuse décadence dont les mages souffrent en l’utilisant. L’auteur a pensé à peaufiner son système de magie, celui-ci étant décliné et défini selon l’utilisation qui en est faite et l’utilisateur (certains perdent ainsi leur vue, d’autre l’odorat, etc.).

  L’intrigue, pas chiche en suspense, nous propose un jeu de pistes prenant qui s’apparente à une enquête policière. Cela permet à l’auteur de nous livrer un récit sans temps mort avec d’un côté l’enquête sur le trafic d’organes et d’un autre côté les tabous qui entourent l’utilisation de la magie. Sylas joue sur les rebondissements et une bonne dose d’action, et au final le rythme tient en haleine le lecteur. L’atmosphère sait se faire oppressante quand l’intrigue nous pousse vers les bas-fonds de Twynte et ses meurtres abjects. L’idée de ce trafic d’organes est intéressante et interpelle.

  Là où le récit pêche un peu, ce sont dans les personnages secondaires qui manquent un tantinet de relief (notamment Agatha Print). L’auteur aurait pu creuser un peu plus dans ce sens pour apporter une plus grande profondeur au récit. Heureusement le personnage principal est suffisamment intéressant pour nous porter le temps de ces 400 pages. J’espère qu’il s’étoffera par la suite et nous montrera d’autres facettes de sa personnalité. La jeune héroïne, Baida, manque aussi un peu d’envergure, mais j’ai aimé que l’auteur n’en fasse pas quelqu’un de « beau » et on sent la petite étincelle qui nous fait au final apprécier les personnages.

  Bref, un très chouette premier tome, mouvementé, qui nous propose une intrigue prenante et un système de magie attractif. « Décadence » est un récit sans prétention mais efficace, qu’on dévore sans s’en rendre compte malgré quelques fausses notes.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:, ,

7 réflexions sur “SYLAS – Décadence, tome 1

  1. miguala 08/09/2013 à 09:50 Reply

    Je vais en parler à ma bibliothécaire! =D
    J’ai bien envie de lire ce livre

    • nymeria 08/09/2013 à 23:20 Reply

      Ta bibliothécaire est sympa niveau SFFF ? ^^ Dans la bibliothèque de ma ville, c’était difficile de leur commander ce type de romans (pas prioritaire). Maintenant je vais beaucoup plus loin mais ils ont un GROS rayon, le bonheur !

      C’est un roman vraiment sympa, divertissant, sans être forcément original. Mais j’avoue que j’ai passé un super moment, ça se lit tout seul.

      • miguala 09/09/2013 à 10:43

        ouai, elle est sympa =). Elle cherche des références assez pointues tout en commandant les gros succès. C’est cool

  2. infocomete 09/09/2013 à 14:39 Reply

    Pourquoi pas tiens ^^ Je me mets le titre de côté.

    • nymeria 10/09/2013 à 13:37 Reply

      J’espère qu’il te plaira si tu as l’occasion de le lire ^^

  3. Sylas 22/09/2013 à 20:12 Reply

    Merci pour cette chronique. Si mon nom n’est pas connu, c’est parce que c’est mon premier roman (pas le dernier). Et j’ai seulement une nouvelle publiée sous ce pseudo, dans « L’amicale des jeteurs de sorts » (Malpertuis).
    En tout cas « un récit sans prétention et qui se dévore », c’est exactement ce que j’ai cherché à faire.

    • nymeria 06/10/2013 à 14:46 Reply

      Merci à vous pour le message, c’est toujours sympapathique 🙂 Je lirai la suite avec plaisir quand elle sortira. Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :