Yasutaka TSUTSUI – Hell

hellTitre vo : Hell (2003)
Paru le : 05/09/2013
Edition : Wombat
Collection : Iwazaru
ISBN : 978-2-919186-30-3
Nbr de pages : 156
Prix constaté : 17€

Résumé :
Un yakuza présomptueux assassiné par un clan rival, un infirme carriériste et séducteur, un homme marié fou amoureux d’une jeune starlette, un fringant acteur de kabuki qui suscite les jalousies, un couple de sans-abri morts de froid dans un parc : tous ces personnages, qui un jour se sont croisés dans leur vie, se retrouvent en Enfer. Errant dans une ville indéterminée, les fantômes, désormais détachés de toute émotion, dévident l’écheveau de leurs existences passées dont ils revivent sans colère ni haine les songes, les trahisons et les erreurs, jusqu’aux circonstances tragicomiques de leurs morts.
Au fond, chacun n’avait-il pas créé de son vivant les conditions de son propre enfer ? Mais, à mesure que des bribes du passé resurgissent, les fantômes reviennent se mêler ; aux vivants. L’Enfer est-il réel, ou le simple fruit du rêve collectif de ses protagonistes ? Et si cet Enfer-là n’était qu’une sorte de purgatoire, une transition vers un Au-delà encore à découvrir ?

Ce que j’en ai pensé :
« Hell » est un roman que je voulais lire depuis longtemps, pas seulement parce que j’en avais entendu parler comme l’un des 1001 livres qu’il faut absolument avoir lus, mais surtout parce que l’imagination débordante de l’auteur lui a valu d’être adaptés deux fois sous forme de films d’animation, et que les deux adaptations font parties de mes préférées. Si vous êtes coutumier des animés japonais, les titres de « La traversée du temps » et de « Paprika » vous diront certainement quelque chose. Yasutaka Tsutsui, l’auteur de ces œuvres imaginatives, explore dans « Hell » la notion de vie et de mort, de passage dans l’Au-delà et bien sûr d’enfer (d’où le titre).

  Court mais dense, l’auteur s’y interroge sur le genre de lieu que pourrait être l’Au-delà. S’y sent-on bien ? Nos remords et nos regrets nous poursuivent-t-ils même une fois notre trépas prononcé ? Autant de questions auxquelles Yasutaka Tsutsui apporte « sa » réponse, nous confiant au travers des pages, sa vision personnelle du Purgatoire. Avec simplicité et diligence, l’auteur nous embarque complétement dans « Hell », la narration alternée et nourrie de flash-backs composant avec brio ce puzzle qu’est la vie d’un Homme. Au grès de rencontres, les différents personnages voient leurs destinées intriquées, les actions des uns semblant entrainer des répercussions sur les autres. Tel un jeu de dominos qui s’effondrerait, pièce après pièce.

  Amis d’enfance, collègues de travail, amants, les relations de ces « infernaux » sont disséquées à la loupe. Chaque péché est ausculté, pesé et mûri pour mieux en digérer les contrecoups. Entre malversions, trahisons et coups fourrés qui ont précipité la mort des protagonistes et le peu de cas qui en est fait dans la mort, on se rend compte que le côté matérialiste de l’Homme n’amène jamais rien de bon. Alternant avec des considérations plus existentielles et sentimentales (telles le dévouement d’une femme envers son mari jusqu’à la mort ou l’enfant qui a subi la famine et la pauvreté de la rue suite aux bombardements nucléaires pour finir yakuza car il se cherche une famille), « Hell » est une œuvre fascinante et intelligente qui stimule nos neurones et nous amène à réfléchir sur nous-même, sur nos relations à autrui. Un roman qui vaut sans conteste le détour et que j’ai eu plaisir à découvrir. Je croise les doigts pour que « Paprika » finisse par être publié par chez nous !

Lu dans le cadre de la « Voie des Indés ». Un grand merci à Libfly et aux nouvelles éditions Wombat !

encartLibFly

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:, , , ,

2 réflexions sur “Yasutaka TSUTSUI – Hell

  1. Sita 26/09/2013 à 15:33 Reply

    Ha ! Je me disais bien que le nom de l’auteur me disait quelque chose, même si je n’arrivais pas à le replacer !
    Tu me donnes en tout cas très envie de le découvrir, ça a l’air vraiment chouette, et je suis curieuse de voir ça sous un regard japonais (quelque part, je me dis que ce serait sans doute moins trash et plus contemplatif/sage dans son traitement que ce qui pourrait se faire par un occidental… A tort ou à raison ? ^^)

    Bon, en tout cas rien à voir, mais maintenant j’ai envie d’aller chercher « La traversée du temps » à la bibliothèque ^^

    • nymeria 06/10/2013 à 14:54 Reply

      Je suis sûre qu’il y a pas mal de monde dans le même cas que toi. Le film de « La taversée » a beaucoup plu donc les gens connaissent de nom. ^^
      Pas sûre que ce soit « plus sage » qu’un regard occidental, il dépeint quand même pas mal de magouilles et c’est pas vraiment rose. Mais c’est vrai que ça n’a rien de trash non plus et je trouve qu’il met le doigt juste où ça fait mal. Un peu dans le genre, on piètine tout le monde de notre vivant mais dans la mort tout ça devient dérisoire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :