Bob VAN LAERHOVEN – La vengeance de Baudelaire

la-vengeance-de-baudelaireTitre original : De wraak van Baudelaire (2007)
Paru le : 12/06/2013
Edition : MA
Collection : Pôle Noir
ISBN : 978-2-822-402286
Nbr de pages : 291
Prix constaté : 17.90€
http://www.gillesparis.com

Résumé :
Paris, septembre 1870, la guerre fait rage. Les premiers obus tombent sur la ville assiégée. Les ouvriers meurent de faim tandis que l’aristocratie se réfugie dans l’orgie et le spiritisme. C’est dans cette atmosphère chaotique que Paul Lefèvre, énigmatique commissaire assidu des maisons closes parisiennes, et son ami, l’inspecteur Bernard Bouveroux, homme curieux et cultivé, auront à résoudre une série de crimes hors du commun. Toutes les victimes portent un message, sous forme de vers extraits du très controversé recueil Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire, mort trois ans auparavant. À mesure que l’enquête progresse sur un chemin encombré de subterfuges et de mensonges, les masques se craquèlent puis tombent, jusqu’à révéler un obscur secret au sein même de la famille Baudelaire.

Impressions :
Un roman policier qui met en scène les poèmes de Baudelaire sur les lieux du crime ? Un roman d’époque ? Voilà qui avait de quoi me plaire et avait attisé ma curiosité. Las ! J’ai été complétement rebutée par la plume de l’auteur, qui à défaut d’être gouailleuse est vulgaire et par le contexte historique, qui à défaut d’être haut en couleur est surfait. Tout était trop dans ce roman. Des personnages outranciers qui n’en paraissent même plus crédibles en passant par les détails historiques qui ne se portent que sur le scabreux. Si vous avez besoin d’un exemple concret, sachez qu’on mentionne des poils pubiens en première page…

  J’ai essayé de me concentrer sur le côté historique et sur le contexte de l’époque d’après-guerre, mais rien n’y a fait, impossible de passer outre cette débauche d’obscénités. Non seulement ça ne sert pas l’intrigue mais à moins de 300 pages le bouquin, ça en devient vite redondant et peut passer pour du remplissage. Impossible de le finir. Sans compter que j’ai eu beaucoup de mal à replacer l’inspecteur et le lieutenant que je confondais toujours, au point de ne plus savoir qui est qui. Avec deux malheureux personnages principaux ! Preuve que ce roman n’était vraiment pas fait pour moi ! Bref, le postulat de départ était intéressant mais le style du roman est rédhibitoire.

Verdict : Pas ma tasse de thé

pas-ma-tasse-de-thé

Publicités

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :