Don REARDEN – Le présage du corbeau

le-présage-du-corbeauTitre original : The raven’s gift (2011)
Paru le : 13/06/2013
Edition : Fleuve Noir
ISBN : 978-2-265-09691-2
Nbr de pages : 336
Prix constaté : 19.90€

Résumé :
John et Anna, un jeune couple de profs, ont tout quitté pour enseigner en Alaska, chez les Yupiks, une tribu inuit. L’intégration est difficile dans cette contrée si loin de tout, ravitaillée quelquefois dans l’année seulement. Lorsque l’hiver arrive, une grippe extrêmement virulente décime le village. John est bientôt seul et tente de rejoindre la civilisation. Sur son chemin, il rencontre une jeune aveugle et une vieille femme, deux Yupiks réfugiées dans une maison désertée.
Une incroyable odyssée commence alors pour les trois survivants…

Impressions :
Premier roman de Don Rearden, on sent que « Le présage du corbeau » a été longuement mûri et nourri par l’expérience de l’auteur qui vit en Alaska. Réfléchi, documenté (l’auteur connaissant parfaitement la culture Yupik et ça se ressent), visionnaire, Don Rearden nous livre un très bon premier roman, maitrisé et abouti. On pourrait pratiquement le qualifier de post-apo, la trame nous confrontant à une catastrophe écologique majeure survenue en Alaska et qui a pratiquement décimé tout la population et contaminé la faune et la flore. Dès les premières pages, l’auteur nous confronte à la tragédie sans nous apporter d’éléments de réponse, ceux-ci venant plus tard, les chapitres alternant entre passé et présent de manière à nous révéler au compte-gouttes les indices capable de lever le voile sur le mystère entourant cette catastrophe.

  Angoissant par son atmosphère qui apporte un malaise indicible au lecteur qui prend connaissance des divers éléments de l’intrigue, le suspense est très bien mené, l’auteur faisant des allées et venues chronologiques entre événements passés et présents. Au risque parfois de s’y perdre quelque peu, l’auteur usant de flach-back et de flash-forward dans un même chapitre, en utilisant juste un saut de ligne et en confrontant trois degrés dans le temps à certains moments. Heureusement l’histoire est si prenante, que l’on met vite ses procédés narratifs de côté pour se concentrer sur les fragments de révélations que l’auteur nous concède. Révélations sur le cataclysme bien entendu mais également sur les personnages dont on ne sait pas encore ce qu’ils sont devenus même si on le devine insidieusement.

  Entre deux phases de suspense et d’effroi, l’auteur nous ménage des pauses descriptives à couper le souffle, au beau milieu d’un paysage sauvage et virginal. L’environnement joue d’ailleurs un rôle considérable dans le roman, la contrée Yupik nous étant présentée tel un éden nourricier mais aussi hostile, pour qui ne sait pas le dompter. Une bonne connaissance de la région que l’auteur réussit à imposer à notre esprit avec la sensation du vent glacial sur notre visage et la faim qui nous taraude. Les émotions primaires et existentielles – la faim, la soif, la fatigue mentale et physique, le désespoir – autant de sensations qui nous heurtent de plein fouet tant les personnages nous apparaissent réalistes. On ressent la peur de John, son découragement, sa douleur d’avoir perdu un être cher mais aussi sa volonté d’aller de l’avant, malgré tout. Par volonté de préservation, par volonté de survie. Et la note de l’auteur en fin de roman nous glace d’effroi et nous rappelle qu’il ne faut jamais fermer les yeux. Jamais.

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :