Colin MELOY – Les Chroniques de Wildwood, tome 2

wildwood2Titre original : Wildwood Chronicles, book 2: Under Wildwood (2012)
Traduit par : Jean-Noël Chatain
Edition : Michel Lafon
ISBN : 978-2-7499-1977-5
Nbr de pages : 491
Prix constaté : 16.95€

Résumé :
Depuis que Prue est rentrée du Territoire Infranchissable, sa vie est un peu monotone. Son esprit s’évade en permanence vers les fabuleux paysages de Wildwood, où son ami Curtis mène une vie d’apprenti bandit. Pourtant, de l’autre côté de la frontière défendue, tout n’est pas si rose. Une troupe d’assassins sévit dans le pays sur les ordres d’un étrange client, et un magnat de l’industrie exploite des orphelins pour gérer un mystérieux atelier.
Avec l’espoir de contrer leurs sombres desseins, Prue doit retrouver Curtis et retourner à Wildwood.

Impressions :
Après un premier tome des plus sympathiques qui s’achevait sur une fin ouverte mais concluante pour l’intrigue, le couple Colin Meloy et Carson Ellis (avec madame à l’écriture et monsieur au dessin) revient dans l’univers de Wilwood et nous démontre qu’il n’en n’a pas fini avec leur contrée magique ! Loin de là ! Plus abouti et plus complexe, ce second tome reprend certains éléments d’apparence anodine relatés dans le premier pour nous plonger sur de nouvelles pistes et ainsi éclaircir une partie des mystères qui entourent Wilwood. Le bois révélera-t-il tous ses secrets ? Pas encore, mais la frontière infranchissable n’a jamais paru aussi fragile et pourrait bien finir par disparaitre. La faute à un certain fureteur un peu trop opiniâtre et à ses drôles d’expériences…

  Ce qui fait toute la magie des chroniques de Wildwood, c’est bien sûr ses animaux anthropomorphes capables de passions. Les voilà qui se battent pour leurs terres, qui se rebellent contre les forces dictatoriales en place et qui entrainent nos jeunes humains dans leurs conflits. Entre deux scènes cocasses, on se retrouve vite embringué malgré nous dans ces combats parfois mortels. On évite l’aspect un peu lisse des littératures trop jeunesse pour entrer de plein fouet dans la quête initiatique et le passage à l’âge adulte. Les enfants, qui sont les héros de cette histoire, devront s’affranchir de leurs peurs et faire front face aux adultes. Tout un programme.

  Le bestiaire se trouve grandement étoffé avec l’apparition de nouvelles créatures et de nouveaux ennemis. Entre les taupes guerrières au parler ancien (qui donne droit à un des dialogues les plus drôles du roman – granola ?) et les diaboliques kitsuné métamorphes lancés aux trousses de nos héros, l’anthropomorphisme a encore de beaux jours devant lui. Colin Meloy emprunte aux différents folkores, aux classiques de la littérature jeunesse mais réussit à s’affranchir de tout ça pour nous offrir quelque chose de frais et de solide. La magie des mystiques qui puise dans la nature indomptable de Wildwood se confronte avec la science et l’industrie représentées par le foyer Unthank et ses travaux forcés.

  Si le lecteur retrouve Prue et Curtis de nouveau au centre du récit, ceux-ci devront partager la vedette avec les deux sœurs de Curtis et les malheureux orphelins placés dans le sinistre foyer Unthank. Gardé par une mégère slave aux traits taillés à la serpe et par le faux débonnaire monsieur Unthank, cet orphelinat sert en fait de façade pour du travail de forçat. Mais que fabriquent t’ils donc dans ce mystérieux atelier ? Et pourquoi certains enfants disparaissent une fois la limite des trois blâmes franchis ? L’auteure maitrise parfaitement son récit et tout ça donne froid dans le dos. Entre les multiples péripéties que vivent Prue et Curtis et le suspense bien alimenté, on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de ce second tome. Qui plus est avec cette fin en cliffhanger qui nous laisse sur notre faim. Vite, le dénouement !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:, , , ,

2 réflexions sur “Colin MELOY – Les Chroniques de Wildwood, tome 2

  1. Marinette 16/12/2015 à 14:20 Reply

    Une suite que j’ai beaucoup aimé, surtout les parties avec les sœurs de Curtis 🙂

    • nymeria 16/12/2015 à 21:10 Reply

      J’aime bien ce concentré d’humour et d’aspect plus sombre qu’on ne retrouve pas forcément dans les titres jeunesse. Et ses soeurs en sont un bon exemple. J’ai hâte de lire le dernier tome ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :