Lauren BEUKES – Moxyland

moxylandTitre original : Moxyland (2008)
Paru le : 20/03/2014
Edition : Presses de la Cité
ISBN : 978-2-258-10064-0
Nbr de pages : 298
Prix constaté : 20€

Résumé :
Au Cap, en Afrique du Sud, dans la société ultra-technologique qu’est Moxyland, le monde virtuel a pris le pas sur le réel. L’apartheid, jadis axé sur la ségrégation raciale, a déplacé sa ligne de partage. Le téléphone portable, qui contient systématiquement les données personnelles de chaque citoyen, est un passeport obligatoire, sinon vital. Seuls ceux qui sont connectés en permanence ont leur place dans la société, les autres en sont exclus. Kendra, Lerato, Toby et Tendeka décident de s’insurger contre l’ordre établi. Ils sont programmeur, blogueur, activiste ou simple étudiant, mais tous aspirent à plus de liberté. Ils s’engagent dans une lutte sans merci contre une police ultra-violente, qui sévit en toute impunité. L’issue en sera forcément fatale.

Impressions :
Si je devais vous présenter le premier roman de Lauren Beukes en une courte phrase, ce serait celle-ci : « Le roman de la génération 3.0 ». C’est avec « Moxyland » que l’auteure sud-africaine fait ses premières armes, le roman étant publié pour la première fois en 2008. Après le succès de « Zoo city » puis la sortie de « Les lumineuses », les éditions des Presses de la Cité poursuivent la publication des romans de l’auteure, pour mon plus grand bonheur je dois dire, parce que j’aime beaucoup l’univers et le style de Lauren Beukes. Dans ce premier roman, on retrouve déjà cet esprit contestataire et cette critique à peine voilée de notre Monde et de son devenir. A travers un langage accessible (voire destiné) aux jeunes générations et un cadre avant-gardiste, l’auteure s’interroge sur notre avenir et sur l’évolution toujours plus rapide des nouvelles technologies, au risque que celles-ci deviennent des chausse-trapes pour ses utilisateurs, c’est-à-dire nous. Vous avez déjà eu peur de ce que votre téléphone portable pouvait avoir comme impact sur vous ? Non ? Vous risquez de changer d’avis en lisant « Moxyland »…

  Récit de science-fiction, « Moxyland » nous plonge dans une société en osmose avec la haute-technologie, le virtuel et tout ce qui touche à la culture geek. Véritables fers de lance du roman, toute cette culture se retrouve ici poussée à son paroxysme avec ses téléphones portables-ID (qui remplacent nos bons vieux passeports et autres cartes d’identités), sa plongée physique dans les jeux vidéo et ses appartements et autres appareils hyper-réceptifs. Quand vous vous baladez dans une rue de Moxyland, des publicités 3D vous sautent à la figure selon vos goûts personnels et votre « historique ». Ça vous rappelle quelque chose ? Comme ces maudits cookies traqueurs qui récoltent votre historique de navigation et vos données personnelles et les joyeux spams et autres publicités intempestives qui vous agressent pendant que vous surfez sur le net ? Et bien « Moxyland » puise dans tout ça et l’update pour nous offrir un futur réaliste et plausible. L’axiome « Tous fichés » n’a jamais semblé aussi vrai.

  Mais parcourir les rues de « Moxyland », c’est aussi courir le risque de se voir électrocuter par son propre téléphone portable suite à une « sommation » de la police. Ou de se faire attaquer par un chien amélioré génétiquement pour vous jauger et vous traquer. Ca fait envie, n’est-ce-pas ? Si le roman se déroule en Afrique du Sud, l’ambiance futuriste ne permet pas vraiment de se situer. On se verrait bien dans n’importe quelle partie du globe, les spécificités n’étant pas criantes. Le récit se concentre sur quatre personnages principaux : Kendra, Tendeka, Lerato et Toby. Chaque chapitre est consacré et raconté du point de vue d’un personnage, ce qui donne une assez bonne vision panoramique de ce néo-Cap. Les quatre jeunes ont des aspirations et des personnalités très différentes mais ont tous en commun de faire partie de la nouvelle génération, celle par qui la révolte pourrait bien finir par arriver (que ce soit voulu ou non). Ainsi si Tendeka est un révolutionnaire dans l’âme, Toby quant à lui ne pense qu’à son profit personnel et apparait comme le personnage je-m’en-foutiste par excellence. Son langage est vulgaire, ses propos sciemment choquants, j’avoue avoir eu du mal à l’apprécier. C’est le cas pour tous les personnages d’ailleurs. Bien qu’ils soient si différents les uns des autres, je n’ai pas réussi à en apprécier un seul. Il faut dire que Lauren Beukes ne cherche pas particulièrement à nous les rendre attachants, le message étant plus important que le messager.

  Le roman avec ses moins de 300 pages ne permet pas le moindre ennui, les évènements s’enchainant à une vitesse folle. Dommage pour les quelques pistes d’intrigue secondaire qui sont sous-exploitées, le récit étant condensé à l’extrême, mais j’imagine qu’on y gagne en dynamique. Le contexte posé empruntant au virtuel, les lecteurs n’étant pas au fait de cet univers risquent fort de se perdre dans cette multitude de références geek. Le vocabulaire étant un joyeux mélange de langage informatique et d’argot africain, il faut un certain temps d’adaptation et de nombreux aller-retour au lexique en fin d’ouvrage. Si la vue d’un écran vous fait fuir et que croyez que « freeware » est le nom d’une maladie obscure, « Moxyland » fera sûrement figure d’OLNI. Mais si vous passez outre, probable que vous serez comme moi captivé et angoissé par ce futur alarmiste, où la contre-information règne en maitre et la liberté d’expression est de l’histoire ancienne. La fin, insidieuse, pourrait appeler à une suite… Le combat continue.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:, , , ,

13 réflexions sur “Lauren BEUKES – Moxyland

  1. BlackWolf 01/04/2014 à 19:59 Reply

    Il me tente beaucoup ce livre, mais avant de le faire rentrer dans ma PAL je veux lire Les Lumineuses qui est dans ma bibliothèque. Surtout que j’avais adoré Zoo City.

    • nymeria 06/04/2014 à 23:32 Reply

      C’est assez différent de Zoo City, que j’avais de beaucoup préféré à celui-ci quand même. C’est plus « djeunz » en quelque sorte. Il me reste « Les lumineuses » à lire également et j’aurai lu tous les romans de Lauren Beukes \o/

  2. Sita 03/04/2014 à 14:15 Reply

    J’ai acheté Zoo City et Moxyland en ebook pratiquement à leur sortie en anglais, et je n’ai jamais pris le temps d’y mettre le nez. D’ailleurs, je ne savais même pas de quoi Moxyland parlait x)
    Avec ton article, la donne va changer, ça a l’air très intéressant ! Merci 😉

    • nymeria 06/04/2014 à 23:52 Reply

      Je préfère Zoo City, c’est plus mature et plus glauque aussi. Mais follement original. Mais j’adore cette auteure, dommage que je n’ai pas pu la rencontrer pour une fois qu’elle venait en France

  3. Zina 03/04/2014 à 18:20 Reply

    Je suis assez curieuse de le lire, mais je veux d’abord lire Les lumineuses qui me fait envie depuis sa sortie 🙂

    • nymeria 10/04/2014 à 20:24 Reply

      Il est dans ma PAL aussi. Le pitch est très intriguant, mélange de thriller et de fantastique. C’est vrai que ça fait envie ^^

  4. Escrocgriffe 04/04/2014 à 15:50 Reply

    Quand vous vous baladez dans une rue de Moxyland, des publicités 3D vous sautent à la figure selon vos goûts personnels et votre « historique »

    Le cauchemar… 😦 Je me rappelle que Minority Report m’avait déjà choqué à ce niveau avec ces spams qui vennaient sur les rétines…

    • nymeria 10/04/2014 à 20:26 Reply

      La pub sauvage, ça reste un des futurs les plus probables vu la façon dont on nous inonde de plus en plus. 😦

  5. Escrocgriffe 04/04/2014 à 15:51 Reply

    (venaient, pardon pour la coquille)

  6. Anaterya 10/04/2014 à 22:17 Reply

    En voilà encore un dont le synopsis et ce que tu en dis me font envie. Et d’après les commentaires, je commencerai par celui-ci avant de lire Zoo City.

    • nymeria 11/04/2014 à 21:52 Reply

      C’est spécial mais si tu aimes les univers décalés, ça devrait te plaire.

  7. Cajouu 24/04/2014 à 17:18 Reply

    Je suis ravie de lire ton billet (et les commentaires) car je cherchais des avis sur ce roman (que j’ai très envie de m’offrir) et je trouve en plus toutes les bonnes raisons de très vite sortir de ma PAL « Zoo City » !
    Cajou

    • nymeria 28/04/2014 à 16:45 Reply

      Contente d’avoir pu t’aider à faire un choix ^^ Oui, lis « Zoo City », tu ne devrais pas être déçue ! Bonne découverte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :