Karen LORD – Le meilleur des mondes possibles

le meilleur des mondes possiblesTitre original : The Best of all Possible Worlds (2013)
Paru le : 12/06/14
Edition : Panini Books
Collection : Eclipse science-fiction
ISBN : 978-2-809-4395-88
Nbr de pages : 380
Prix constaté : 16€

Résumé :
Autrefois la race la plus avancée de la galaxie, les Sadiris ont été exterminés et leur monde natal détruit. Pour préserver leur espèce de l’extinction, les derniers survivants, en majorité des mâles, doivent s’organiser. Sur Cygnus Beta, des conseillers sadiris partent à la recherche des descendants d’une ancienne diaspora de leur peuple, dans l’espoir de trouver des femelles génétiquement compatibles afin de sauvegarder la société et le mode de vie sadiris.
Commence alors pour les derniers Sadiris une quête désespérée qui les amènera à percer les secrets de leur passé. Mais la survie de l’espèce passera par l’acceptation de leur condition, la refonte de leur société et ultimement, la recherche de l’amour…

Impressions :
« Le meilleur des mondes possibles » est le second roman d’une jeune auteure barbadienne qui ne laisse pas indifférent par son message de tolérance, de partage et d’empathie multiethnique. Bien que je ne sois pas férue de romance, j’ai trouvé ce récit touchant et porteur de belles valeurs, une ode à l’ouverture d’esprit et à la bienveillance. Car ici, la romance est portée par la question identitaire, par l’appartenance à une race, une religion et par son combat pour exister voire persister. Alors oui, il s’agit d’un roman de science-fiction où l’on découvre un monde différent du nôtre avec ses voyages temporels, ses différentes planètes, sa faune et sa flore. Mais le genre sert plus de support à une vision différente d’appréhender la vie, l’amour et la mort, à analyser des sentiments qu’à introduire une intrigue clairement SF.

  En quelque sorte, on pourrait même dire que « le meilleur des mondes possibles » possède quelques notions de fantasy, le récit nous plongeant dans une quête identitaire que ne renieraient pas les modèles du genre. Bien sûr l’apparition de vaisseau mental et de capacités psi permettant de lire dans les pensées ou d’influencer son entourage rappellent résolument la SF ou le fantastique. Loin de l’action trépidante, la narration est posée et on se laisse porter par le voyage entrepris par notre petit groupe de personnages à la recherche d’épouses potentielles pour les deniers survivants Sadiris. C’est l’occasion de découvrir les us et coutumes des uns et des autres, mais aussi leurs codes comportementaux et leur héritage. Sur ce point-là, Karen Lord se livre à un développement poussé, car les émotions et interactions entre les personnages sont de la plus haute importance.

  Etrangement, si l’on se fait petit à petit une idée précise de la manière d’être des uns et des autres, à travers de nombreux non-dits où perce une certaine pudeur, on a beaucoup de mal à se figurer les détails physiques des personnages. L’auteure détaille parfois les vêtements ou une posture pour les besoins d’une scène mais elle ne nous donne pas vraiment de particularité physique précise. On reste dans le flou. Ce qui est plutôt dommage vu le genre très ouvert de la SF. Reste que les protagonistes sont brossés avec soin, on s’y attache assez rapidement. Les amitiés qui se nouent au fur et à mesure sont plaisantes à suivre. Le comportement des Sadiris étant parfois surprenant selon les normes humaines, on ne saisit pas toujours au vol une tentative d’humour, mais il faut avouer que ça colle plutôt bien à la vision de l’auteure. C’est parfois un peu perturbant, à l’image de la rencontre avec le « faux » peuple Faërie dont on ne comprend pas de suite les paroles de la reine. Mais j’imagine que cette ambivalence était voulue par l’auteur, les Sadiris ne s’exprimant qu’à demi-mots. Bref, une chouette découverte.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:, , ,

4 réflexions sur “Karen LORD – Le meilleur des mondes possibles

  1. stelphique 23/07/2014 à 18:52 Reply

    J’acheterai ce ivre presque que pour la couverture….mais si c’est une bonne pioche je le note!!!!;)

    • nymeria 23/07/2014 à 22:12 Reply

      C’est vrai que la couverture est plutôt réussie, assez chaleureuse mais simple ! 🙂 Je pense que le roman plaira beaucoup si on est « fleur bleue, » mais ce n’est pas niais pour autant non plus (sinon, je n’aurais pas aimé, c’est sûr) 😀

  2. Sita 24/07/2014 à 11:33 Reply

    Ce n’est pas du tout un livre sur lequel je me serais arrêtée sans ta chronique ! (…ou pas, en fait, je voulais l’ajouter dans ma wishlist goodreads, et il y était déjà. HAHUM. Ceci dit, le résumé sonne plus épique en anglais : https://www.goodreads.com/book/show/15743440-the-best-of-all-possible-worlds)
    Du coup beh… Merci de l’avoir rafraîchi à ma mémoire, il faut clairement que je mette le nez dedans !

    • nymeria 24/08/2014 à 22:08 Reply

      A la base, les histoires de romance ne m’intéressent pas des masses non plus. Faut vraiment qu’il y ait quelque chose de particulier, sinon ça me soûle vite ^^’ Mais là, il y avait l’arrière-plan SF, les réflexions soulevées et puis ce n’est pas gnangnan ni plein de détails olé-olé (c’est souvent soit l’un soit l’autre soit les 2 :P). Ce n’est pas transcendant non plus, mais c’est sympa et différent de ce qu’on voit habituellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :