Sandrine COLLETTE – Six fourmis blanches

6-fourmis-blanchesDate de parution : 22/01/2015
Editions : Denoël
Collection : Sueurs Froides
ISBN : 978-2-207-12436-9
Nbr de pages : 276
Prix constaté : 19.90€

Résumé :
Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper? Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. À des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches… Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c’est pour leur propre survie qu’ils vont devoir lutter.

Impressions :
Après ma lecture enthousiaste des « Nœuds d’acier » de l’auteure, la publication du nouveau roman de Sandrine Collette ne pouvait que m’intriguer. Le pitch, qui promettait de belles heures d’angoisse, m’a convaincu de m’élancer à travers les cimes de ces montagnes maudites. Malheureusement, je n’ai pas du tout été convaincu par « Six fourmis blanches » qui, s’il tient ses promesses sur la tournure anxiogène de l’aventure, m’a semblé bancal et mal ficelé au final. Bien que l’on retrouve l’aspect sans concession avec lequel l’auteure aime jouer, nous usant les nerfs face aux tribulations de ses personnages, la mise en place du récit peine à convaincre. La faute à un double récit dont la fusion finale ne fonctionne pas du tout et qui ne m’a pas paru cohérente.

  Le récit est découpé en deux parties distinctes, les chapitres étant divisés de manière à donner voix au narrateur de chaque partie, alternativement. D’un côté Mathias, de l’autre Lou. Un chapitre, un personnage, un fil linéaire. Les chapitres alternent donc entre l’aventure en montagne des uns (Lou et son groupe de vacanciers partis pour un trekking en Albanie) et la vie au jour le jour d’un autochtone (Mathias avec la présentation de sa fonction très… spéciale au sein de son village). Pris séparément les deux récits se révèlent intéressants, bien que l’histoire de Mathias soit la plus prenante avec son mysticisme assumé qui nous fait froid dans le dos. Oui, il faut reconnaitre à Sandrine Collette cette facilité à percer les faiblesses humaines et à nous horrifier avec ses personnages âpres et hors-normes. Cette plongée au cœur des croyances anciennes des albanais est fascinante à plus d’un titre, dommage que l’auteure ne l’exploite pas complétement.

  Vers les deux tiers du récit, les deux fils conducteurs finissent enfin par se croiser et par se confondre en une seule trame principale. Problème, je n’y ai pas cru une seconde tant ça m’a paru boiteux, cette manière qu’avait de se rencontrer les personnages. Sous peine de spoiler, je ne peux malheureusement pas rentrer dans les détails mais j’ai trouvé que ça manquait de fond, les explications étant balancées vite fait, comme si l’auteure avait construit les deux récits à part puis s’était décidé de les mixer. Quel dommage ! Tout le potentiel du récit de Mathias avec son étrange don se retrouve plombé, de même que le caractère angoissant de son histoire, qui finit de manière abracadabrantesque. Bref, déçue par la tournure des événements malgré un récit initial de qualité.

Verdict : Roulette russeroulette-russe

Publicités

Tagué:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :