Gavin EXTENCE – Alex Woods face à l’univers

alex woods face à l'universTitre original : The Universe Versus Alex Woods (2013)
Traduit par : Nicolas Thiberbille
Date de parution : 15/04/2015
Editions : JC Lattès
ISBN : 978-2-7096-4375-7
Nbr de pages : 376
Prix constaté : 20€

Résumé :
Tout est un peu bizarre dans la vie d’Alex Woods, mais il faut bien s’y faire. Il sait que grandir au côté d’une mère célibataire, cartomancienne de son état, ne l’aidera pas à passer inaperçu au collège. Il sait aussi que les événements les plus improbables peuvent survenir, comme la chute d’une météorite sur un crâne – ses cicatrices sont là pour le prouver. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que sa rencontre avec M. Peterson, un vétéran du Vietnam au tempérament acariâtre, va bouleverser son destin. De leur amitié aussi forte qu’inattendue Alex apprendra une chose : on ne vit qu’une seule fois et chacun de nos choix compte. Mais comment aller au bout de ses choix quand l’univers est contre vous ?

Impressions :
Il y a des livres qui nous secouent, nous interpellent et nous laissent avec un fort sentiment d’attachement, que l’on ne s’explique pas toujours. Pourquoi celui-ci nous remue plus qu’un autre ? « Alex Woods face à l’univers » est un joli coup de cœur qui ne m’a demandé que quelques heures de lecture tellement j’étais happée par son histoire et sous le charme de ce garçon « un peu » spécial. Je l’ai refermé les larmes aux yeux et depuis les personnages ne m’ont pas quitté. Pour un premier roman, Gavin Extence frappe fort et m’a bluffé par l’aisance avec laquelle il nous fait pénétrer dans l’univers d’Alex, un univers fait de probabilités, de circonstances extraordinaires et de banalités. Un roman qui cache bien son jeu !

  Avec son titre évocateur, qui n’est pas sans rappeler les comics de super-héros, « Alex Woods face à l’univers » n’a pas à rougir de sa grandiloquence. Car oui l’histoire d’Alex, c’est un l’histoire d’un super-héros des temps modernes, celle d’un jeune garçon qui ne faillira jamais à ses principes, quitte à nager à contre-courant de ses pairs. Qu’est-ce que ça fait d’être différent ? Alex l’apprend très tôt. Comme il nous l’explique, non sans humour, il est très dissemblable des garçons de son âge. Il aime les livres (horreur !), les sciences, est maigrelet, a une mère cartomancienne qui croit aux forces surnaturelles, et comble de la non-cool attitude, une météorite lui est tombée sur la tête lorsqu’il avait dix ans, lui laissant un cerveau… récalcitrant. Quand on a que dix ans et que l’on doit accepter des crises épileptiques accablantes en sus d’une vie déjà bien étrange, il faut savoir être combatif ! Et Alex Woods est un gamin hors du commun…

  Le grand point fort de ce roman, c’est le regard ravageur que porte Alex sur le monde qui l’entoure. Doté d’un esprit pragmatique et d’un humour pince-sans-rire qu’il utilise sans même s’en rendre compte, Alex Woods est un personnage extrêmement attachant. Ce récit, c’est le sien, celui d’un gamin puis d’un ado qui a dû batailler avec sa maladie et sa différence pour rester à tout moment lui-même. Outre ses crises épileptiques débilitantes, il doit aussi composer avec des camarades de classe qui ne brillent pas par leur intelligence et une mère surprotectrice qui ne le laisse pas libre de ses mouvements. Sa rencontre improbable avec un vieux monsieur va changer sa vie et permettre à Alex de s’ouvrir aux autres et à mieux contrôler ses crises.

  La plume de Gavin Extence est un pur délice, son jeune narrateur adoptant un ton dévastateur, mi-acéré, mi-naïf, dont on ne se lasse pas. Les réflexions d’Alex sur son univers, bien que candides au premier abord, sont en fait plus pertinentes qu’on ne pourrait le croire. Les jolis quiproquos qui s’en suivent nous font rire à chaque d’une fois. C’est un vrai bonheur que de découvrir au détour d’une phrase une petite allusion à ce qui a été dit précédemment et plus d’une fois je me suis dit « bien joué ! ». L’histoire d’Alex Woods est un habile mélange d’ordinaire et d’extraordinaire et nous fait réfléchir sur la mort, la différence et l’acceptation de soi. Débordant d’une tendresse toute naturelle pour son jeune héros, Gavin Extence réussit le tout de force de nous faire aimer ce gamin, au point qu’on le quitte à regret, la sensation d’avoir perdu un être cher une fois la dernière ligne lue. Satisfait mais triste également. A découvrir sans tarder !

Verdict : Nuit blanche

nuit-blanche

Publicités

Tagué:, , , ,

2 réflexions sur “Gavin EXTENCE – Alex Woods face à l’univers

  1. Gabriel 25/07/2015 à 15:21 Reply

    Nuit blanche, rien de moins? Ça vaut peut-être la peine de se pencher dessus 😉

    • nymeria 26/08/2015 à 12:58 Reply

      Oui, c’est vraiment une superbe lecture, dont on entend peu parler 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :