Jeff VANDERMEER – Le Rempart sud, tome 1 : Annihilation

rempart sud 1Titre original : Annihilation (2014)
Traduit par Gilles Goullet
Date de parution : 10 Mars 2016
Editions : Au diable vauvert
ISBN : 979-10-307-0021-3
Nbr de pages : 222
Prix constaté : 18€

Résumé :
Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus de grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. »
La zone X est coupée du monde depuis des décennies. La nature y a repris ses droits. Quelques vestiges de civilisation subsistent dans une faune et une flore luxuriante.
La première expédition décrit une contrée idyllique. La deuxième s’achève sur un suicide de masse. Les membres de la troisième expédition s’entretuent, ceux de la onzième reviennent amorphes et succombent à un cancer foudroyant. Nous suivons la douzième, composée de femmes. Leur mission : cartographier le terrain et ne pas se laisser contaminer par la zone X.

Impressions :
Les romans de Jeff VanderMeer sont difficiles d’accès. Délicat de ne pas se casser les dents sur « La cité des saints et des fous », le récit étant construit à l’envers et l’histoire foisonnant sur quelques 600 pages. Avec sa trilogie du Rempart Sud, j’ai voulu redonner une chance à l’auteur, surtout que les trois tomes sont assez courts et que le pitch est très accrocheur. Une région interdite d’accès qui rend les gens fous et dont on ne sait rien, à part qu’elle vous change à jamais. Voilà de quoi attirer l’attention ! Pari gagné pour ce premier tome ? Pas totalement. Si « Annihilation » est un roman prenant au suspense constant, il est aussi parfois nébuleux et nous laisse bien souvent dans le flou le plus total. A trop jouer sur le mystère, l’auteur finit par nous perdre complètement et on comprend l’action par bribes, même en faisant un effort de concentration.

  La particularité du récit, c’est de mettre au cœur de son intrigue une héroïne dont on ne connait pas même le nom. La biologiste, le quatrième membre de l’expédition envoyée dans la zone X, voilà comment on se réfère à elle. Les trois autres sont ainsi nommées : la psychologue, la géomètre et l’anthropologue. Quatre femmes aux compétences bien définies, quatre femmes parachutées dans une région sauvage et dont la mission tournera vite au fiasco. Cette manière de garder anonyme l’identité de ces femmes renforce la sensation de bizarrerie et de distance qui se dégage du roman. Comme si les personnages n’avaient pas grande importance mais que seule comptait la zone X. Et c’est bien le cas.

  Le mystère entourant cette zone à la faune et la flore improbable et luxuriante est rendue avec une abondance de couleurs et de sensations, à tel point que l’on s’y croirait. On sent la moiteur du lichen, les graminées s’envoler et la vie pulser à chaque pas de la biologiste. Les descriptions sont particulièrement précises et appréciables lorsqu’il s’agit de se projeter au cœur de cette région sauvage. L’angoisse qui accompagne les invraisemblances de ce lieu concourt à nous interroger sur la véritable nature de la zone X. De fait, on se demande si c’est l’imagination de la biologiste qui lui joue des tours, si elle a été contaminé et de ce fait, hallucine ou si tout ça est bien réel et dépasse l’entendement. Le suspense, à ce niveau-là, est bien mené, car on ne sait jamais sur quel pied danser.

  Peu à peu, en en apprenant plus sur le passé de la biologiste, sur son couple, sur sa personnalité, on perd peu à peu de vue l’intérêt même du récit. A savoir, l’aspect fantastique du roman. Bien que les souvenirs qui remontent à la surface soient en lien direct avec ses déambulations dans la zone X, la narration se fait plus confuse. On ne comprend pas toujours bien ce qu’il se passe. Bien que je sois persuadée que ce soit voulu, ça reste extrêmement frustrant pour le lecteur qui aimerait en savoir plus ! La plume recherchée de l’auteur est une épée à double tranchant. Si parfois on s’arrête sur une dénomination, une spécificité de la flore, un peu perplexe, elle apporte aussi une belle profondeur au récit. Côté traduction, rien à redire. Surtout que certains passages n’ont pas dû être évidents à adapter. En bref, un premier tome mystérieux et troublant mais qui aurait gagné à être un peu plus clair. Curieuse de connaitre le fin mot de l’histoire, en tout cas !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Tagué:, , , , , ,

6 réflexions sur “Jeff VANDERMEER – Le Rempart sud, tome 1 : Annihilation

  1. doryphore 06/04/2016 à 08:17 Reply

    Je crois bien que tu m’as convaincu, malgré quelques points noirs. Je crois que je vais le rajouter à ma wishlist de ce pas !
    Merci pour cette chronique.

    • nymeria 06/04/2016 à 20:19 Reply

      De rien ^^
      Ce côté un peu flou de l’intrigue pourra en gêner certains, c’est important de le souligner. Mais si tu es tentée, n’hésite pas !

  2. Adalana 06/04/2016 à 09:34 Reply

    J’avais eu du mal avec « La cité des saints et des fous » mais celui-là me tente depuis sa sortie !

    • nymeria 06/04/2016 à 20:22 Reply

      Moi aussi. Je l’ai carrément abandonné. C’était un emprunt et je ne pouvais pas le garder indéfiniment et lui re-laisser sa chance. « Annihilation » est beaucoup plus court et plus simple à appréhender tout de même. Une bonne manière de découvrir l’auteur.

  3. Buckette 09/04/2016 à 20:01 Reply

    Je ne connais pas l’auteur, donc pas de déception de sa part pour l’instant. Peut-être que je me laisserai tenter par ce tome-là !

    • nymeria 13/04/2016 à 12:00 Reply

      Il vaut mieux tenter avec celui-ci. 200 et quelques petites pages, c’est bien pour se faire une idée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :