Archives de Catégorie: Aventure

Sylvain ALMEIDA & Youness BENCHAIEB – Boca Nueva, tome 1 : Soufre

boca nueva 1Date de parution : 06/01/2016
Editions : Casterman
ISBN : 978-2-203-08775-0
Nbr de pages : 124
Prix constaté : 17€

Résumé :
À Boca Nueva, le jeune Ese va trouver du travail à coup sûr. Un petit emploi peinard, sans histoires. Ce n’est pas à lui qu’on confierait une enquête impossible et dangereuse aux côtés du flic le plus irascible de la ville. Non, clairement pas…

Impressions :
Ce premier tome de « Boca Nueva », œuvre du duo Sylvain Almeida et Youness Benchaieb, m’a fait mourir de rire. La cité-état sortie de leur imagination avec tous ses habitants animalesques est des plus réussies. Un monde où la pègre est à l’œuvre, où la contrebande gangrène une cité marchande florissante. Au beau milieu de ce flot constant de migrants cherchant du travail surgit Ese, un blanc-bec gentiment naïf, qui se fera embobiner par le lieutenant de police ripoux, qui pensait avoir trouvé le bouc-émissaire parfait pour sa petite combine. Et le voilà catapulté agent de police, aux côtés de Riggs, un flic canin un brin bourru. Magie, coups-fourrés et humour sont de la partie dans ce premier tome divertissant, qui pose les bases d’une intrigue classique mais prenante.

boca 1

  L’univers imaginé par Ameida et Benchaieb puise ses sources dans les récits de flibuste ainsi que dans les bas-fonds des romans de fantasy à capuche. On y retrouve pêle-mêle tous les éléments qui font le sel de ce genre de récits : un duo improbable, une bonne dose de roublardise, des bagarres de taverne, quelques explosions pour faire bonne mesure, une crique de contrebandiers, pas mal d’humour et une petite touche de magie pour assaisonner le tout. C’est classique, certes, mais ça fonctionne à merveille, les aventures de nos deux compères étant des plus picaresques.

boca 2

  La mise en scène est très dynamique et les personnages représentant des espèces animales différentes est bien pensée. A chacun ces caractéristiques et ses attributs. Les mouvements sont d’ailleurs particulièrement bien rendus, notamment lors de la course-poursuite en « dinosaures ». Ese et Riggs sont très différents mais se complètent fort bien et leur duo naïf/vieux roublard offre de belles scènes de rigolade. La magie qui semble tirer quelques éléments au vaudou avec ses oiseaux-poupées en tissu et ses monstres marins au crâne d’animal est très intriguante. Des forces occultes seraient-elles à l’œuvre ? J’ai hâte de le découvrir dans le second tome encore à paraitre, intitulé cette fois-ci « Salpêtre » (après « Soufre » et viendra ensuite « Charbon »). A découvrir !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

CREPIN & MARTY & LU Li – L’Ombre de Shangai, tome 3 : Une alliée redoutable

L'ombre de shangai 3Date de parution : 09/10/2015
Editions : Fei
ISBN : 978-2359-66012-8
Nbr de pages : 78
Prix constaté : 12.90€

Résumé :
Gaspard se remet miraculeusement de ses blessures quand l’ombre se manifeste à nouveau dans la maison des Cartier. Elle échappe in extremis aux hommes du commissaire Leclaire qui jure d’avoir sa peau. Celle que tout Shanghai qualifie désormais de « monstre » envahit la vie de Lila qui ne parvient à la maîtriser qu’au prix d’immenses efforts et de gros dégâts. Feng, qui révèle enfin à sa fille adoptive ses origines, en est la première victime…

Impressions :
Ce troisième tome nous permet enfin de découvrir les origines de « L’Ombre » et la vérité sur le passé de Lila. Le fait qu’elle soit orpheline et que le vieux Feng l’ait recueilli, tout nous est révélé. Ce qui fait beaucoup à encaisser pour la jeune fille qui découvre la nature de son « don ». Un tome riche en révélations qui fait bien progresser l’intrigue et qui, du coup, passe beaucoup trop vite ! A peine découvre-t-on ce passif que le tome est déjà terminé. J’aurai aimé en savoir plus sur le fameux seigneur de guerre à l’origine des pouvoirs de Lila et sur les raisons qui ont poussé le vieux Feng à épargner cette enfant plutôt qu’une autre. Ça aurait donné plus de poids à cette révélation.

  Si la traque de « L’Ombre » semble s’intensifier et les sentiments de Gaspard évoluer un peu envers celle-ci, il reste du chemin à parcourir avant que Lila accepte sa condition. Ses émotions à fleur de peau nous apparaissant comme le déclencheur de ses pouvoirs, je serais curieuse de voir comment les auteurs parviendront à expliquer pourquoi celle-ci se transforme alors que ça ne semblait pas être le cas pour le seigneur de guerre… J’espère que cette information ne passera pas sous silence et que les auteurs penseront à développer ces origines. A noter quelques répétitions notamment avec l’inspecteur Leclaire. Côté dessins, c’est toujours aussi beau. Le trait de Li Lu est dynamique et expressif, les décors soignés. L’utilisation des couleurs avec des scènes de jour et nuit est des plus réussis.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Marcus SEDGWICK – Edgar sacré lascar, tome 2 : Fantômes et fantaisies

edgar2Titre original : The Raven Mysteries, book 2: Ghosts and Gadgets (2010)
Date de parution : 20/05/2014
Editions : Bayard Jeunesse
ISBN : 978-2747032735
Nbr de pages : 245
Prix constaté : 10.90€

Résumé :
Si les fantômes sont votre pire cauchemar, fuyez le château d’Autrepart ! Hellébore et son singe, Pote, sont sous le choc : dans un couloir sombre, ils ont croisé un effroyable revenant. Hélas, Lord Valvigne n’est d’aucun secours : il est trop occupé à inventer un détecteur d’or qui sauvera sa famille de la ruine. Lady Menthalo, elle, se consacre à sa nouvelle passion, la couture. Seule Solstice est consciente du danger. Déterminée à chasser le terrible fantôme, elle demande à Edgar de l’aider. Mais le vieux corbeau a si peur qu’il en claque du bec.

Impressions :
Après un premier tome des plus farfelus où l’on faisait connaissance avec les d’Autrepart, cette drôle de famille dont les membres semblaient échappés tout droit d’un asile de fous, cette seconde aventure nous replonge avec délice dans cet univers fantasmagorique. Edgar, ce surprenant corbeau qui nous sert de narrateur, boit du petit lait. Son ennemi juré, le singe Pote est terrifié par l’étrange apparition qu’il a croisée au détour d’un couloir : un fantôme hanterait le château d’Autrepart. Malgré son aversion pour le singe, il décide de mener l’enquête en compagnie de Solstice…

  Lu en à peine quelques heures, « Fantômes et fantaisies » est un court roman jeunesse bourré de malice et de péripéties qui nous permet de retrouver notre âme d’enfant. Récit d’aventure mâtiné de fantastique, le roman se déguste comme une petite douceur, on en laisse pas une miette et on se lèche les doigts ! Si le château d’Autrepart avec son architecture qui défie les lois naturelles semble le terrain de jeu idéal pour nous faire frissonner, on rit surtout beaucoup des situations cocasses dans lesquelles se retrouvent ses habitants.

  Pour Marcus Sedgwick, l’expression « mourir de peur » est à prendre au pied de la lettre et bientôt c’est l’hécatombe dans tout le château. En cause, le fantôme. Ou bien serait-ce autre chose ? Le point fort de cette saga, outre son univers étrange, reste ses personnages rocambolesques. Ils ont tout de la famille Adams. Entre le père obnubilé par ses machines abracadabrantesques, la mère sans cesse à la recherche d’une nouvelle passion et Edgar notre corbeau, qui jette un œil corrosif sur ses pairs, on se surprend à rire plus d’une fois. Un trésor caché, un enquêteur surnaturel, des découvertes macabres, tout y est pour nous faire passer un bon moment. Edgar, en narrateur attentif, nous ouvre ses ailes pour mieux nous plonger dans la confidence. Laissez-vous emporter !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Catherynne M. VALENTE – Féérie, tome 1 : La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains

la fille qui navigua 1Illustrations : Ana Juan
Titre original : The Girl Who Circumnavigated Fairyland In a Ship of Her Own Making (2011)
Traduction : Laurent Philibert-Caillat
Date de parution : 05/11/2015
Editions : Balivernes
ISBN : 978-2-35067-117-8
Nbr de pages : 256
Prix constaté : 17 €

Résumé :
Septembre est une jeune fille qui aspire à l’aventure. Quand elle est invitée en Féérie par le Vent Vert et le Léopard des Petites Brises, bien sûr, elle accepte. Qui ne le ferait pas à douze ans ? Mais Féérie est dans la tourmente, sous le règne écrasant d’une Marquise maléfique.
Cheminant en compagnie d’un vouivre amoureux des livres et d’un étrange garçon bleu, presque humain nommé Samedi, elle perdra : son ombre, sa chaussure, son cœur et bien sûr son chemin. Mais dans l’aventure, elle trouvera le courage, l’amitié, une cuillère un peu spéciale et bien plus encore. Elle seule détient la clef qui rétablira l’ordre et le bonheur en Féérie…

Impressions :
Une envie soudaine de conte ? De merveilleux ? De magie ? De revivre ce moment nostalgique de votre enfance où vous attendiez avec impatience l’heure du conte des étoiles plein les yeux ? Alors lancez-vous dans « La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains » de Catherynne M. Valente. Vous ne serez pas déçu du voyage. J’avais déjà été ébloui par la prose de l’auteure dans « Immortel » et ce nouveau titre jeunesse paru chez Balivernes réitère l’exploit. Quelle plume ! Quelle imagination débordante ! L’auteure qui est aussi poète nourrit son texte de ces influences et joue avec les mots comme elle joue avec son univers. La structure narrative est impressionnante et vraiment atypique. L’agencement des phrases et les figures de style telles que l’accumulation apportent une musicalité qui immerge de suite le lecteur dans le récit. On pénètre dans une contrée féérique où rien n’a de sens mais où tout a du sens.

féérie 2

« La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains » (ouf ! quel titre long !) est un récit merveilleux qui nous emmène dans le sillage de Septembre, une petite fille tout à fait banale. Comme dans « Alice au pays des merveilles », Septembre se retrouve emportée dans un monde fantastique où elle vivra moult aventures. Cette fois il ne s’agit pas de combattre une méchante sorcière mais de récupérer une mystérieuse cuillère et de mettre la main sur une clef très spéciale… et bien sûr si elle pouvait renverser l’ordre établi par la maléfique marquise en chemin, qui s’en plaindrait ! Les références sont légion. Outre le roman de Lewis Carroll, on pense bien sûr au magicien d’Oz, à Narnia (et sa fameuse armoire), et même au film « Labyrinthe » avec David Bowie. Catherynne M. Valente ne puise pas tant dans ces œuvres qu’elle leur rend hommage en les détournant et en nous livrant sa vision d’un monde enchanté.

féérie 3

  Les aventures de Septembre sont pleines de malice et de mordant. La quête de soi qu’entreprend la petite fille se voit entravée par de nombreux obstacles. Pour trouver son chemin, elle devra abandonner une part d’elle-même, puis pour sauver la vie d’autrui, elle devra faire un nouveau sacrifice. Chaque choix aura ses conséquences, rien n’est anodin dans l’univers de Féérie. C’est toute l’astuce de Valente, elle créé un univers très complet, pensé dans ces moindres recoins. Heureusement durant son périple, Septembre pourra compter sur ses nouveaux compagnons. Et là encore quelle imagination ! Un vouivriothèque (mélange de dragon et de bibliothèque !), un Marid aux étranges pouvoirs, des bicyclettes volantes, des objets perdus qui prennent vie, des félins doués de parole, le Vent Vert, sorte de personnification du vent, et j’en passe. On ne peut que s’incliner face à tant d’inventivité.

féérie 4

  Leçon de courage, d’amitié et d’abnégation, ce premier tome des aventures de Septembre est une invitation au rêve. La narration, abordant la forme d’un conte au coin du feu que nous relaterait un narrateur omniscient et ingénu, est une des grandes forces du récit. Les apartés qui nous mettent dans la position de confident, nous impliquent intimement dans les aventures de la petite fille. Loin d’être aussi lisse que le personnage de Dorothy dans le magicien d’Oz, Septembre est une héroïne espiègle, bravache et un poil étourdi. On s’attache facilement à elle. Et c’est avec une certaine tristesse qu’on l’abandonne, néanmoins ravi de savoir que les aventures ne s’arrêtent pas là. Bref, « La fille qui navigua autour de Féérie… » est une ode au rêve, aux contes d’antan et à la création artistique. Un hommage aux classiques qui ont su émerveiller de nombreux lecteurs et qui prouve que l’imagination n’a pas de limite. Servi par le style inimitable de Valente, ce premier tome jeunesse est un voyage improbable dans un univers enchanteur qui réveille en nous l’écho de notre enfance. En tout point une réussite !

Verdict : Nuit blanche

nuit-blanche

Laurent WHALE – Les rats de poussière, tome 1 : Goodbye Billy

rats de poussière 1Date de parution : 08/10/2015
Editions : Folio Policier
ISB : 978-2-07-046194-3
Nbr de pages : 649
Prix constaté : 9.20€

Résumé :
Muté au Service des Archives Tronquées, l’ex-agent du FBI Dick Benton se retrouve à la tête d’un groupe d’archivistes aussi hétéroclite que talentueux, les Rats de poussière. Leur terrain de jeu ? La Bibliothèque du Congrès et tous les secrets bien dissimulés de l’Histoire des Etats- Unis. Chargés d’enquêter sur l’origine de la fortune d’un candidat à l’investiture républicaine, Benton et son équipe vont découvrir la véritable histoire de la confrontation de Billy le Kid et du shérif Pat Garett en 1881. De quoi faire vaciller la Maison-Blanche plus d’un siècle plus tard ?

Impressions :
Cette première aventure des « Rats de poussière » m’a énormément plu. Laurent Whale qui nous avait plus habitué à la SF, livre ici un thriller historique passionnant quoique de facture classique. Passionnant parce qu’on sent justement l’auteur passionné par son sujet et qui ne le serait pas quand il s’agit de revenir sur l’une des figures les plus emblématiques du western, j’ai nommé Billy the Kid ! Personnellement, j’ai beaucoup visionné de western en famille dans ma jeunesse (bouh ! la vieille) et Billy le Kid reste le personnage qui m’a le plus marqué par son parcours tragique et fougueux. J’adore tout particulièrement le film de Christopher Cain « Young Guns », qui revient sur le passé de Billy et de son groupe. Du coup, j’ai été ravi lorsque j’ai vu que l’auteur y faisait référence (certaines scènes sont à rapprocher).

  Dans ce premier tome, Laurent Whale mêle habilement le roman d’espionnage avec le western pur jus. Ainsi, on fait des allez et venues entre passé (fin XIXème aux Etats-Unis) et présent, les chapitres alternant en général un chapitre de chaque. L’enquête menée par l’ex-agent du FBI mis au placard par la bureaucratie se déroule tambour battant avec course poursuite, enlèvement, hacking, etc. Aucun répit ne nous est laissé. Le petit groupe des rats de poussière, s’il n’a l’air de rien de prime abord, s’avère des plus compétents : un vieil archiviste roublard, une geekette zélée, un ancien biker pro du traçage, bref du classique mais efficace. Et des personnages bien campés, que l’on identifie facilement. Le personnage le plus conventionnel est peut-être le chef de ce petit groupe bigarré : un outsider du FBI, bourru et en conflit avec sa hiérarchie, on a déjà vu ça.

  Si l’enquête se révèle captivante et nous emmène sur les traces de Billy le Kid, ce sont les passages relatant la vie de celui-ci qui m’ont vraiment conquise. L’ambiance Far-West est extrêmement bien rendue, avec ses saloons, ses grands espaces, ses chevauchées, ses hors-la-loi… et bien sur ses fusillades typiques du western. Laurent Whale revisite une époque dangereuse où on ne sortait jamais sans son colt et propose « sa vision » de la disparition du Kid. Dont la mort reste d’ailleurs très controversée aux Etats-Unis, beaucoup pensant que celui-ci n’est pas mort dans le guet-apens du shérif Pat Garrett… L’auteur use donc de ce mystère pour nous offrir un récit au suspense bien dosé et une première aventure soignée où chaque détail s’imbrique dans une conspiration à grande échelle. Bref, du tout bon pour nos petits rats !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Et si vous êtes curieux de voir à quoi ressemblait le « vrai » Kid, le voici !

billy