Archives de Tag: Aventure

Serge BRUSSOLO – Frontière barbare

frontière-barbareIllustration de couverture : Georges Clarenko
Paru le : 28/03/2013
Editions : Folio
Collection : SF
ISBN : 978-2-07-044776-3
Nbr de pages : 430
Prix constaté : 7.50€

Résumé :
En tant qu’exovétérinaire, David Sarella parcourt l’univers de monde en monde, pour le compte de l’Organisation des planètes unies. Sa mission : pacifier et réhabiliter les exomorphes belliqueux, une fois les conflits terminés. Il est aidé par sa femme, Ula, qui possède elle-même des gènes extraterrestres. Leur nouvelle mission les entraîne sur la planète Mémoriana, où un cessez-le-feu semble sur le point d’être négocié.
Sur place, toutefois, les exomorphes ne s’en laissent pas conter et la situation s’avère plus dangereuse que prévu. Pour son grand retour à la science-fiction, Serge Brussolo nous offre une aventure palpitante au cour d’un monde inconnu, tout en continuant à explorer, avec l’imagination débordante qui lui est propre, les profondeurs de la psyché humaine.

Ce que j’en ai pensé :
Fut un temps où ma sœur et moi nous enchainions les romans de Brussolo, que ce soit SF ou historique. Je loue volontiers la créativité de l’auteur qui a le chic pour inventer des univers abracadabrantesques et originaux, qui empruntent à tous les genres, mais qui ne sait pas pondre une bonne fin. Comme s’il voulait vite passer à autre chose, quitte à bâcler le dénouement. Ce qui fait que j’ai souvent été frustrée par ses romans et que j’ai fini par abandonner l’auteur pendant un moment. Avec « Frontière barbare » qui signe le retour de Brussolo à la SF, je me replonge dans son univers ubuesque avec un plaisir renouvelé.

  Première constatation, comme toujours l’auteur nous prouve qu’il possède une imagination débordante et on se demande d’où lui viennent toutes ses idées ! Résolument SF, « Frontière barbare » navigue dans les eaux troubles de la manipulation génétique avec toutes les complications qui en découle. En dehors de l’aventure exotique et du divertissement que nous offre le roman (ouvrir un Brussolo, c’est comme visionner un bon film), on peut aussi aller plus loin et s’interroger sur tout un tas de problématiques actuelles et à venir, avec de grandes questions comme : « Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour faire revenir un être cher d’entre les morts ? », « En accepterons-nous les conséquences ? ».

  L’univers de « Frontière barbare » est opulent et dépaysant à souhait, et l’auteur sait rendre une atmosphère oppressante comme personne. Jusqu’à la touffeur d’une jungle, à la puanteur d’un troupeau d’exomorphes, on baigne dans cet univers bigarré. Tourné vers des thèmes adultes, le récit n’omet pas une certaine violence (physique et psychologique) et on remarque que les romans de Brussolo sont souvent exempt d’espoir, « Frontière barbare » ne dérogeant pas à la règle. Une vision plutôt pessimiste de l’avenir et une conception de la famille future qui semble plutôt glauque.

  Les relations entre les personnages, qui sont au cœur du récit, sont ambiguës, que ce soit les liens du sang ou les liens matrimoniaux. A l’image de la relation de passion-répulsion qui lit David Sarella, le héros de l’histoire, à son épouse mi-humaine, mi-extraterrestre, Ula. D’ailleurs si les personnages sont creusés, ils n’en paraissent pas moins antipathiques (jusqu’au héros qui mériterait une bonne paire de claques). Captivante, l’intrigue est un peu embrouillée, l’auteur explorant plusieurs pistes e la trame partant un peu dans tous les sens le premier tiers du roman passé. Néanmoins, la narration nous happe malgré nous, et nous agrippe jusqu’à la dernière page (dont on ne voit pas venir le dernier rebondissement). Si la fin est toujours aussi défaitiste, pour une fois elle a le mérite d’être bouclée. Chouette !

Verdict : Avec les honneurs

rock

Arthur SLADE – Les agents de M. Socrate, tome 3 : Le peuple de la pluie

les-agents-de-mr-socrate3Titre vo : The Hunchback Assignments, book 3: Empire of ruins (2011)
Broché paru le : 8 février 2012
Editeur : Le Masque
ISBN : 978-2-7024-3620-2
Nb. de pages : 308 pages
Prix constaté : 12.50€

Résumé :

Après ses aventures au fond de la mer face à la redoutable Mlle Hakandottir, Modo est condamné au repos, à l’extérieur de Londres. Ce n’est qu’au bout de quelques semaines qu’il découvre sa nouvelle mission.

Au programme, un temple égyptien perdu au milieu de la jungle australienne, un masque aux pouvoirs dévastateurs et un peuple de la forêt peu accueillant. Le but : récupérer un masque construit par le Peuple de la Pluie, également convoité par la Confrérie de l’Horloge. Quiconque a tenté de s’emparer du masque a succombé à la folie. Aidé par Octavia et M. Socrate lui-même, Modo réussira-t-il à s’emparer du masque et à éviter les pièges millénaires tendus par le Peuple de la Pluie ?

Ce que j‘en ai pensé :

  Troisième tome des aventures des agents de M. Socrate pour Arthur Slade et probablement mon préféré des trois, « Le peuple de la pluie » m’a fait passer un très bon moment de lecture ! C’est toujours aussi frais, la science-fiction est toujours de la partie, les bons sentiments sont de retour. Avec quand même une nouveauté, ou plutôt une évolution, Modo se décidant enfin à tenir tête à son mentor, M. Socrate !

  « Le peuple de la pluie » nous emmène sur les traces du secret des pyramides égyptiennes…en Australie ! Eh oui, le récit se passe principalement sur les mers et dans les airs, direction l’Australie à la découverte d’un mystérieux visage qui rend fou. Au programme : un peuple adorateur, des oiseaux mécaniques, une course-poursuite en ballon, un vieux temple truffé de secrets, bref de l’aventure en veux-tu en voilà ! Ça peut paraitre un joyeux mélange mais ça fonctionne vraiment, l’auteur sachant mener sa barque avec cohérence et le patchwork s’avère dès plus réussi comme toujours !

  C’est également l’occasion pour Modo (et pour le lecteur) d’en apprendre un peu plus sur le très discret M. Socrate, que l’on voyait de manière un peu intermittente dans les précédents tomes. Ici, le vieux gentilhomme se joint à la fine équipe et vit des aventures au même titre que notre héros, Modo. On retrouve bien entendu Tharpa, le garde-du-corps magnifique, Mme Finchley la comédienne hors-pair, Hakkandottir la redoutable ennemi et bien sûr la jeune espionne Octavia, à la langue toujours aussi bien pendue ! De nouveaux personnages font aussi leur apparition en la présence de Lizzie, une combattante à la personnalité entière et Visser, le maitre fauconnier. Bref, des personnages attachants et toujours aussi fouillés, c’est un réel plaisir de les suivre de tome en tome.

  Si ce troisième tome possède son lot de rebondissements et de combats, l’intérêt principal réside cependant dans l’évolution des relations entre les différents personnages. Le voile sur la relation existante entre Hakkandottir et M. Socrate est en partie levé, et le lecteur apprend ce qui l’en est des sentiments du gentilhomme anglais envers son protégé. On le croyait froid, mais il en est tout autre et le fait que Modo se décide enfin à s’opposer à ses ordres revêt une importance capitale. En somme, c’est un peu un tome de transition où notre héros se remet en question pour mieux grandir.

  Enfin, j’ai adoré les boutades échangées entre M. Socrate et Octavia, cette dernière apportant la touche d’humour du roman ! Une fois ce tome refermé, je n’ai eu qu’une envie, me précipiter sur le quatrième tome des agents de M. Socrate, qui n’est malheureusement pas encore disponible en vo !

Verdict : Avec les honneurs

rock