Archives de Tag: Complots

LOEVENBRUCK & MAZZA – Sérum, intégrale, saison 1

sérum1Date de parution : 22/01/2014
Editions : J’ai Lu
ISBN : 978-2-290-07868-6
Nbr de pages : 793
Prix constaté : 14.99€

Résumé :
Arthur Draken, psychiatre renommé, inventeur d’un sérum qui facilite l’état d’hypnose. Emily Scott, sa patiente, amnésique depuis une mystérieuse agression. Lola Gallagher, détective au NYPD, alertée par une suite de morts suspectes tous sont au cœur d’une enquête hallucinante à suivre pendant six épisodes. Attention, immersion totale dans un univers de série télévisée, énigmes et rebondissements spectaculaires, addiction inéluctable !

Impressions :
« Sérum » a créé sensation lors de sa sortie chez J’ai Lu sous format d’épisodes à parution rapprochée comme le ferait une série tv. Chaque « épisode » se concluant par un cliffhanger qui donnait envie au lecteur de découvrir la suite, en jouant sur l’effet d’une accoutumance insupportable relancée par de nouvelles pistes à explorer. La première saison terminée, l’éditeur a eu la bonne idée de ressortir le tout sous forme d’une intégrale qui réunit les six épisodes en un beau petit pavé de 800 pages. Ce cycle écrit à quatre mains par Mazza et Loevenbruck m’a beaucoup plu à défaut de m’avoir captivée, un certain nombre de choses ayant tempéré mon enthousiasme.

  Le récit débute sur des chapeaux de roue sur la fuite éperdue d’une jeune femme poursuivie par d’obscurs ennemis. Fuite qui s’achève tragiquement par une balle dans la tête et qui rend notre jeune inconnue amnésique mais miraculeusement vivante. Dès lors, c’est une course contre la montre qui s’engage car la jeune femme semble détenir des informations sensibles, emprisonnées dans son cerveau embrumé. Qui est ce mystérieux homme au chapeau ? Pourquoi cherche-t-il à la tuer à tout prix ? Qui est réellement l’amnésique et quel rôle joue-t-elle dans les machinations en cours ? Et enfin qu’est-ce que cet étrange sérum qui permet de pénétrer l’esprit des gens ? Autant de questions qui trouveront partiellement réponse dans cette première saison, riche en complots…

  Ces six épisodes proposent un suspense bien fourni, des énigmes en pagaille ainsi que de nombreuses révélations qui viennent relancer l’intérêt et offrir une intrigue à tiroirs. On baigne dans une ambiance mi-policière, mi-onirique avec l’introduction des notions d’amnésie et d’hypnose qui revêtent une place importante dans l’intrigue. Le côté investigation et déductions est aussi très présent avec l’existence de nombreuses zones d’ombre qui savent retenir l’attention du lecteur. Les deux auteurs nous lancent sur plusieurs pistes et n’en finissent pas de nous révéler de nouveaux indices et de mettre à jour d’occultes manœuvres, une bonne manière de prendre le lecteur dans leurs filets !

  La tension, constante, est l’un des atouts majeurs de ce récit et ne nous laisse pas de répit. C’est un jeu de dupes où les apparences sont trompeuses, les auteurs jouant sur le principe de l’arbre qui cache la forêt. Malheureusement de trop nombreuses coïncidences gâchent quelque peu la fête, certains passages paraissant un peu trop faciles, trop à l’avantage des personnages comme par un bienheureux hasard. Lesdits personnages, quant à eux, bien que fouillés et offrant un panel diversifié allant du psychiatre désabusé en passant par la femme flic insubordonnée, ne m’ont pas toujours paru très cohérents dans leurs réactions. Le comportement franchement limite de certains protagonistes, intrusif voire carrément obsessif mais dont personne ne s’offusque ne m’a pas paru très crédible ni même approprié. C’est le cas de Detroit, le collègue de Lola, qui s’immisce dans sa vie privée jusqu’à épier ses moindres faits et gestes et qui veut faire passer ça pour une curiosité saine… Mouais. Pareil avec le psychiatre pour qui la déontologie ne veut rien dire, son comportement avec le fils de Lola m’ayant semblé très exagéré. De même que la chaine de hasards qui l’amène à ce choix. Très malsain et tiré par les cheveux tout ça.

  Bref, un récit intriguant, au suspense bien dosé avec moult complots, machinations politiques et références oniriques. Immersive, cette première saison soulève beaucoup de questions et joue avec notre crédulité, nous faisant prendre des vessies pour des lanternes. Dommage que certains ressorts narratifs soient trop flagrants et que le comportement des personnages manque parfois de crédibilité. Rien qui ne m’empêche d’être curieuse de découvrir le fin mot de toute cette histoire !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

David ROSENFELT – Toi seul

toi seulTitre vo : Don’t tell a soul (2008) Broché paru le : 10 novembre 2011 Editeur : Le Cherche-Midi Collection : Thrillers ISBN : 978-2-7491-1280-0 Nb. de pages: 349

Résumé : Imaginez… Vous bavardez avec un inconnu lors d’une soirée de nouvel an. Sous l’emprise de l’alcool, celui-ci vous confie un secret. Un terrible secret. Il vous avoue qu’il a tué une femme. Et il vous dit où il a caché le corps. En vous réveillant le lendemain, un doute vous taraude : et si c’était vrai ? Ce ne sont que les prémices de la spirale infernale dans laquelle va être précipité Tim Wallace, un jeune entrepreneur dont la femme a mystérieusement disparu quelques mois plus tôt.

Ce que j‘en ai pensé : Le voici, le voilà, LE thriller de l’année 2011 ! Et oui, je rejoins l’avis d’Harlan Coben, « Toi seul » est l’un des thrillers les plus enthousiasmants que j’ai lu depuis longtemps. Une enquête prenante, du suspense en-veux-tu-en-voilà, une bonne dose de rebondissements et un final grandiose, ne passez pas à côté de ce brillant thriller !

Le pitch de départ est alléchant. Le soir du réveillon, un inconnu un peu gris vous avoue qu’il a commis un meurtre. Il vous donne même le nom de sa victime et l’endroit où il l’a enterré. Forcément, ça finit par vous trotter dans la tête, surtout que de troublantes coïncidences viennent vite s’ajouter à votre malaise grandissant… Le problème, c’est que votre femme a disparu quelques mois plus tôt dans un étrange accident et que vous n’êtes pas vraiment en odeur de sainteté à la Police. On pense même que vous êtes un tueur. Que faire ?

Etant donné que je ne connaissais absolument pas ce roman, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et la surprise a été grande. L’intrigue est machiavélique, tel un jeu de dominos qui s’écrouleraient les uns après les autres, entrainant à chaque fois de terribles conséquences. Le suspense est omniprésent, impossible de deviner à l’avance où l’auteur veut nous emmener. C’est parfaitement orchestré, les coups de théâtre nous prenant de cours et les suspects nombreux. Au fur et mesure que l’enquête avance, on se rend compte que l’affaire est vaste, ça dépasse largement l’investigation de quelques meurtres. Je ne dirai rien qui puisse vous révéler la trame à proprement dit, sachez seulement que complot et manipulations sont de la partie.

Le style de David Rosenfelt est vif et percutant, la narration rythmée par les dialogues qui sont nombreux. Les pages se tournent toutes seules, impossible de poser ce roman ne serait-ce qu’une minute sans se demander ce qu’il va bien pouvoir se passer ensuite ! D’ailleurs, je l’ai commencé dans la matinée et l’ai fini tard le soir… C’est pour dire ! Quand je lis un thriller, j’aime quand l’intrigue progresse rapidement, sans nous engoncer dans de longs passages inutiles ou ennuyeux plutôt qu’aller droit au but. Alors si vous êtes comme moi, jetez-vous sans tarder sur ce roman méconnu qui vaut vraiment le détour !

Verdict : Nuit blanche

nuit-blanche