Archives de Tag: Connie Willis

Connie WILLIS – Blitz, tome 2 : All Clear

blitz2Titre original : Blitz, book 2: All clear
Paru le : 23/08/2013
Edirtion : Bragelonne
ISBN : 978-2-35294-633-5
Nbr de pages : 719
Prix constaté : 25€

Résumé :
Londres, 29 décembre 1940 : l’une des nuits les plus meurtrières du Blitz. Pris au coeur de l’un des pires raids de l’époque, les historiens du futur Michael, Merope et Polly cherchent désespérément à revenir au XXIe siècle. En attendant de trouver un moyen de s’échapper, le trio tente de survivre aux bombardements et aux évacuations, mais il y a plus grave encore: d’après les archives oxfordiennes de 2060, il semblerait que leurs interventions aient modifié le cours des événements et la guerre pourrait bien se terminer autrement, bouleversant l’Histoire à jamais.
Quelle que soit l’ampleur des sacrifices exigés, les voyageurs du futur doivent s’engager dans un combat acharné contre le temps.

Impressions :
Enfin terminé les deux pavés qui complètent ce diptyque que j’ai enchainé à la suite. Mon sentiment une fois la dernière page tournée, c’est que Blitz aurait pu tenir sur un tome unique, de bonnes grosses coupes n’auraient pas été de trop. Au contraire, l’intrigue aurait pu y gagner au change. En terme de rythme et de suspense, l’ensemble s’étirant en longueur au point que des redondances nous sautent aux yeux. Pourtant le sujet de la seconde guerre mondiale est vaste et cette immersion dans le quotidien des Londoniens de l’époque alimente bien le moulin. Le concept du paradoxe temporel (les actions de nos historiens en herbe bouleverseront-ils le cours de l’histoire ?) est aussi un sujet qui permet plein de choses et il y avait matière à scinder le roman en deux tomes. Je repoche à Connie Willis de ne pas avoir su agencer le tout pour que l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez. Comme si elle n’avait pas su doser les divers éléments (la petite et la grande Histoire avec l’aspect SF). Le mieux aurait peut-être été d’écrire un roman historique et de laisser tomber toute la partie SF, qu’elle n’a pas su mener avec passion.

  Ça saute d’ailleurs aux yeux dans la manière d’être de ses personnages qui n’ont d’historiens que le nom. Les pauvres rament totalement dans la semoule. Ne devraient-ils pas être archi-documenté ? Connaitre leur sujet sur le bout des doigts ? On les voit beaucoup s’inquiéter des erreurs temporelles mais pas beaucoup du pourquoi du comment finalement. Comme s’ils étaient là en touriste et que l’époque n’était pas dangereuse. Les interrogations dont ils nous abreuvent finissent par nous saouler. Heureusement la deuxième partie est beaucoup plus intéressante et l’histoire décolle enfin. Connie Willis sait faire preuve de talent lorsqu’elle nous plonge dans l’ambiance anxiogène de l’époque. On est saisi par le réalisme de la reconstitution et par les émotions qui nous submergent. Les personnages secondaires n’y sont pas étrangers et montrent une force de caractère que n’a pas forcément notre trio principal.

  Bref, un pitch de départ intéressant mais un mauvais dosage des divers éléments de l’intrigue font que le tome nous paraît poussif et parfois un peu répétitif. Le quotidien décrit avec beaucoup de réalisme et la grande connaissance de l’auteur des petits détails de l’époque se révélent par contre très prenant, et font que l’on s’accroche jusqu’à la dernière ligne droite. Captivant par bien des aspects mais pas exempt de défauts non plus. C’est d’autant plus rageant car Blitz possède un potentiel incroyable. À découvrir tout de même.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Connie WILLIS – Blitz, tome 1 : Black-Out

black-out-willisTitre original : Blitz, book 1 : Blackout (2010)
Paru le : 24/08/2012
Edition : Bragelonne
ISBN : 978-2-8205-0662-7
Nbr de pages : 672
Prix constaté : 25€

Résumé :
Oxford, futur proche. L’université est définitivement dépoussiérée : historien est devenu un métier à haut risque. Car désormais, pour étudier le passé, il faut le vivre. Littéralement. Michael Davies se prépare pour Pearl Harbor, Merope Ward est aux prises avec une volée d’enfants évacués en 1940, Polly Churchill sera vendeuse en plein cœur du Blitz, et le jeune Colin Templer irait n’importe où, n’importe quand, pour Polly… Ils sont aux premières loges.
Une aubaine pour des historiens, sauf quand l’Histoire elle-même se met à dérailler. Et si, finalement, il était possible de changer le passé ?

Impressions :
Le premier tome de ce dyptique est un vrai poids lourd. En terme de pages (plus de 600 bien fournies), mais aussi en terme de sujet abordé qui recouvre un des pans primordial de notre Histoire : la seconde guerre mondiale. Revisiter cette partie colossale de l’Histoire peut sembler ambitieux mais Connie Willis s’y colle avec succès. En grande partie historique plutôt que SF, le récit nous embarque viva voce dans les couloirs de cette faculté où les historiens ne font pas du tout revivre l’Histoire à travers leurs recherches, mais ont plutôt décidé de « la vivre » depuis que le voyage temporel n’est plus une chimère. Qui n’a jamais rêvé de serrer la main de Gandhi ou d’assister aux grands moments historiques qui ont façonné notre monde ? Oui, mais voilà, le voyage dans le temps possède tout un tas de contraintes qu’il faut prendre en considération, et on se doute que l’exercice n’est pas simple à mettre en place.

Cette suite de procédés et de règles à suivre apportent le côté SF à une intrigue orientée vers l’histoire. Ne vous attendez donc pas à un roman dans la pure tradition des hard science ou autres, car cet aspect est vraiment secondaire. Le postulat de départ de Connie Willis était assurément de nous immerger dans cette époque chaotique, avec sa flopée de détails fascinants et étonnants, que l’on ne connait pas forcément. Le mini-dictionnaire en fin de tome vient appuyer ce parti pris, le vocabulaire et les faits marquants de l’époque étant expliqués en détails. L’auteur réussit à rendre vivant ce long cours d’histoire en nous introduisant doucement dans le contexte au travers des différents historiens embarqués dans ce voyage. Les trois protagonistes principaux, Merope, Polly et Mike, ont chacun un caractère différent et bien trempé. L’auteur fignole la psyché de ses personnages en leur inventant des relations, un passé, des souhaits propres. S’il est intéressant de les suivre dans leurs péripéties, j’avoue que certaines de leurs réactions ne m’ont toujours paru très crédibles, ni très vraisemblables (tête à claque, va !). C’est sûr que c’est plus facile d’introduire les « deux ex machina » comme ça, mais ça peut vite devenir énervant à la longue.

Gros regret tout de même sur ce premier tome de Blitz, ce sont les longueurs qui parsèment ces 600 pages. Certains passages sont un peu trop linéaires et auraient facilement pu être occultés pour alléger l’ensemble. Certaines scènes tiennent plus du chemin touristique que du suspense à s’en faire grincer les dents (je pars à l’auberge voir s’il y a quelqu’un, je retourne vers le port plutôt pour voir s’il y a un bateau, je décide finalement d’aller à la rencontre du voisin, puis je reviens en arrière…etc.). Oulala ! Quel suspense de malade ! Et quelle balade intéressante… Honnêtement quelques coupes narratives n’auraient pas été de trop. Sans compter que le début se révèle au final assez lent, avec quelques répétitions qui ne sont pas des plus exaltantes (Merope qui se plaint des enfants évacués par exemple). Bref, un premier tome prenant de par son sujet finement abordé et son intrigue bien mené, dommage que l’ensemble souffre de lenteurs.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche