Archives de Tag: Drame

Sylvie GERMAIN – A la table des hommes

à la table des hommesDate de parution : 04/01/2016
Editions : Albin Michel
ISBN : 978-2226322739
Nbr de pages : 272
Prix constaté : 19.80€

Résumé :
Son obscure naissance au coeur d’une forêt en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S’il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l’espèce animale, dont une corneille qui l’accompagne depuis l’origine.

Impressions :
« A la table des hommes » est un récit métaphorique et cruel sur les affres de la guerre et sur le rapport de l’homme avec la nature. Quand les bombes pleuvent et détruisent tout sur leur passage, la terre nourricière se retrouve ravagée, brûlée et aussi stérile que cette mère qui vient de tout perdre en une déflagration. La narration aérienne et poétique, nous fait suivre les survivants de l’attaque du début du roman, et c’est ainsi tout naturellement que l’on accompagne cette mère puis le porcelet qu’elle arrache des décombres. Vient aussi une biche puis un petit garçon déboussolé, celui dont nous allons suivre l’histoire jusqu’à l’âge mur. Le procédé mis en place est vraiment ingénieux et livre de magnifiques passages, tantôt cruels, tantôt bienveillants.

  Bien que l’on puisse parfois trouver cette histoire étrange, le réel se disputant avec la fantasmagorie, l’écriture poétique de Sylvie Germain nous porte et nous transporte dans un voyage hors du commun. Sorte de fable philosophique, le récit cache en son sein de nombreux messages qu’il faut se donner la peine de creuser. La stupidité des guerres, la destruction de la nature sauvage, la solitude de l’Homme, le rejet de tout ce qui est différent, qui ne rentre pas dans un moule… L’histoire de Babel/Abel, c’est le récit initiatique d’un être nouveau qui découvre le monde qui l’entoure avec toute l’innocence d’un enfant. L’émerveillement, l’effarement, la peur et toutes les découvertes qui accompagnent le passage à l’âge adulte. La découverte du langage, de son corps, de la différence entre humains et animaux, entre ce qui est bien ou mal. Il y a un petit quelque chose des fables anthropomorphiques de La Fontaine dans « A la table des hommes ».

  Si la première partie du roman m’a emballée, la seconde beaucoup moins. On laisse de côté la poésie et le côté parabole pour s’intéresser à l’entourage d’Abel et à ses interactions avec d’autres êtres marginaux comme lui. Petit à petit, ce dernier se « socialise » et se nourrit de leur savoir. Sans pour autant renier son côté sauvage et proche de la nature. Ce qui est un peu dommage, c’est que je n’ai pas vraiment apprécié les personnages secondaires. Ils restent un peu en retrait, comme s’ils n’étaient là que pour transmettre quelque chose à Abel (ce qui le cas d’ailleurs), comme des figurants sur lesquels on ne s’attarde pas trop. Dommage, car on s’emmêle un peu les pinceaux entre petite histoire et conte philosophique. Peut-être aurait-il fallu trancher. Une agréable découverte néanmoins et une très belle plume à n’en pas douter !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Reiko MOMOCHI – Double Je, tome 5

double je 5Complet en 5 tomes
Titre original : Inochi, book 5 (2010)
Traduit par Chiharu Chûjo
Date de parution : 12 Novembre 2015
Editions : Akata
ISBN : 978-2-36-974082-7
Nbr de pages : 158
Prix constaté : 6.95€

Résumé :
Après plusieurs années de souffrances, Nobara est enfin sur le point d’obtenir sa vengeance. Tout est en place pour que son plan s’exécute et qu’enfin, elle obtienne justice et réparation. Et pour cela, elle est prête à tout, y compris à commettre l’irréparable. Mais au moment fatidique, sera-t-elle vraiment capable de laisser exploser son courroux ?

Impressions :
Clap de fin pour ce shôjo aux allures de thriller qui aura su me tenir en haleine tout au long de ses cinq tomes. Un final qui m’a plu parce qu’il évite l’écueil du parfait happy-end et qu’il montre que tout ne se passe pas forcément comme on le voudrait dans la vie. Pour autant, la boucle est bouclée et Reiko Momochi nous propose une vraie fin avec un flash-forward cinq ans plus tard pour nous montrer la lente reconstruction des personnages. Ma hantise était que ça se finisse en triomphe téléphoné, et heureusement ce ne fut pas le cas !

  Si nous avions tout découvert sur les raisons qui avaient poussé le meurtrier de Kotori à s’en prendre à elle, restait à dévoiler si celui-ci allait payer et si Nobara aurait sa vengeance. Les coups de théâtre s’enchainent jusqu’au verdict final, preuve que la mangaka avait planifié ce drame dans les moindres détails. Le dénouement est efficace, loin de la surenchère que l’on aurait pu présager au vu du genre du manga. Cela prouve, s’il en est encore besoin, qu’on peut faire un shôjo sans romance au premier plan…

  Nobara est une héroïne moderne, avec son lot de problèmes familiaux (plus nombreux que la moyenne bien sûr), mais qui sait garder la tête froide quand il le faut. J’ai aimé la façon dont elle prend son destin en mains, sans se reposer sur les autres, même à la toute fin alors que Yûwa lui en offre l’opportunité. Malgré des moments de doute et de désespoir, elle garde toujours à l’esprit sa sœur décédée et ne renonce jamais. C’est un personnage fort, loin des rôles de boulet dans lequel on cantonnait certaines héroïnes shôjos, fut un temps. (Bon OK, ça arrive encore maintenant). Mais je trouve qu’il y a une vraie évolution dans le genre, qui se diversifie pas mal ces derniers temps. Akata l’a bien compris avec la publication de « Double Je » ou encore « d’Orange ».

  Bref, je ne peux que vous conseiller ce manga complet en cinq tomes. Riche en émotions, fleurant avec le polar et le drame social, « Double Je » saura plaire aux amatrices de shôjo qui veulent plus qu’une simple romance pour toute intrigue.

Verdict : Avec les honneurs

rock

Yoshiaki SUKENO – Twin Star Exorcists, tome 3

twin-star-exorcist-3-kazeTitre original : Sousei no Onmyouji, book 3 (2014)
Date de parution : 26/08/2015
Editions : Kazé
ISBn : 978-2-82032-170-1
Nbr de pages : 192
Prix constaté : 6.99€

Résumé :
Alors qu’il est fermement déterminé à combattre en tant qu’onmyôji, Rokuro fait face aux réticences de Seigen, son maître. Ce dernier révèle à Benio que son disciple a tué son frère lors de la « tragédie de Hiinatsuki », déclenchant dès lors la fureur de la jeune fille. Malgré la crainte des répercussions que cela pourrait entraîner, Rokuro décide d’apprendre à sa camarade toute la vérité sur le fameux incident, mais c’est alors que Mayura se transforme sous leurs yeux…

Impressions :
Alors que le second tome nous plongeait dans le passé de Benio, c’est maintenant celui de Rokuro qui est révélé. Un passé bien lourd qui explique le changement d’attitude du jeune garçon qui refuse maintenant toutes ses responsabilités d’exorciste. Ce flash-back est un vrai crève-cœur, le côté mignon des personnages est anéanti par la tragédie survenue. L’intrigue procède toujours très rapidement avec quantité de révélations à propos de nos héros et des néo-impurs. Un bon point pour Yoshiaki Sukeno qui évite ainsi de longs atermoiements sur les secrets du passé. A tel point que l’on se demande comment le mangaka va réussir à nous tenir en haleine dans les prochains tomes…

  L’humour toujours présent dans des SD comiques permet de faire baisser la tension du récit. Entre larmes et combats titanesques, pas le temps de souffler. Les esprits s’échauffent et les relations parfois ambiguës entre les personnages sont très bien mises en scène. Pour un shônen, c’est plutôt sombre finalement et pas si manichéen. Le design des impurs est assez flippant, mélange entre démon et titan. Le revêtement mystique de Seigen en jette et j’ai aimé la façon dont Yoshiaki Sukeno tourne en dérision cette transformation. Une planche plus tard, le voilà anéanti. Maintenant, le tout est de savoir comment le mangaka va parvenir à maintenir le rythme.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Yoshiaki SUKENO – Twin Star Exorcists, tome 2

twin-star-exorcist-2-kaze7 tomes en cours de parution au Japon
Titre original : Sousei no Onmyouji, book 2 (2014)
Date de parution : 06/05/2015
Editions : Kazé
ISBN : 978-2-82032-049-0
Nbr de pages : 192
Prix constaté : 6.99€

Résumé :
Rokuro refuse de devenir Onmyôji, tandis que Benio ne vit que dans un seul but : anéantir tous les Impurs. Leur destinée commune leur impose néanmoins de devenir le couple qui donnera naissance au plus puissant des Onmyôji ! Contraints par leur supérieur, maître Arima, d’habiter ensemble, ils s’aperçoivent très vite qu’ils sont loin d’être un duo harmonieux ! Mais voilà qu’un soir, sur le chemin du retour, Benio tombe sur l’Impur qu’elle recherchait depuis des années afin d’assouvir sa vengeance…

Impressions :
L’intrigue progresse rapidement dans ce second tome. A l’aide d’un retour dans le passé de Benio, le mangaka nous explique les raisons de son acharnement à vouloir à tout prix devenir la meilleure exorciste. Et aussi pourquoi elle affiche toujours cet air stoïque comme si rien ne la touchait. Beaucoup d’émotions dans ce tome, de quoi commencer à s’attacher aux personnages. On sent leur fragilité et on a envie de les soutenir. Surtout que ce passif sombre est allégé par une atmosphère bon enfant avec des petites saynètes du quotidien plutôt amusantes. J’adore la tête de Seigen quand il courate Rokuro, ça vaut son pesant de cacahuètes.

  Le mystère entourant les impurs et leur mutation commence doucement à se mettre en place. L’action est, quant à elle, toujours très présente. La mise en scène se veut dynamique, les batailles décortiquant les mouvements des personnages pour plus d’impact. L’apparition d’un ennemi bien coriace apporte un peu de piment et donne lieu à de belles scènes de combat, que j’ai trouvé par ailleurs un peu moins brouillon. Un nouveau personnage clé fait son apparition, lié au passé de Rokuro et de la tragédie d’Hinatsuki. Entre révélations, rigolade et combats, on ne s’ennuie pas dans ce second tome !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Reiko MOMOCHI – Double Je, tome 4

double je 4Titre original : Inochi, book 4 (2008)
Date de parution : 10/09/2015
Editions : Akata
ISBN : 978-2-36974-076-6
Nbr de pages : 172
Prix constaté : 6.95€

Résumé :
Depuis que Gotôda, le petit ami de Himé, a dévoilé la vérité sur son passé, Nobara est perdue… Ses espoirs de vengeance complètement anéantis, comment doit-elle vivre, maintenant ? La découverte d’un curieux DVD dans la chambre du jeune homme pourrait bien l’aider à faire des choix et chambouler à nouveau ses certitudes.

Impressions :
Bluffée par la direction prise par ce quatrième tome, qui nous fait vivre un revirement à 360° ! L’intrigue se fait résolument policière avec l’entrée en scène d’un sociopathe qui fait froid dans le dos. Oui, je me suis laissée bernée comme les autres et j’ai cru aux mensonges de ce déséquilibré. Bravo à Reiko Momochi ! On peut dire qu’elle sait comment mener sa barque tout en ménageant son suspense. La vérité se cachant derrière le meurtre de Kotori est enfin mis à jour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le mobile du tueur est plus que léger…

  Si le tome précédent nous laissait entrevoir des personnages en prise avec leurs émotions contradictoires, à la recherche de la paix de l’esprit pour certains et par une soif de justice inébranlable pour Nobara, ce tome 4 est plus tourné vers l’action mais toujours avec un fond de psychologie puisque le meurtrier est un pur sociopathe (attention à qui vous bousculez, hein, sait-on jamais…).

  Le système judiciaire japonais continue à en prendre pour son grade avec des lois inappropriées qui laissent des criminels en liberté. Un aspect sur lequel la mangaka joue beaucoup pour notre plus grand plaisir. Enfin un shôjo qui ose appuyer là où ça fait mal et fait réfléchir ses lectrices (et lecteurs, ne soyons pas sexistes) sur des faits de société. On sent le drame poindre, la résolution de ce très bon manga se faisant dans le prochain tome. Espérons que Reiko Momochi ne tombera pas dans le happy-end et montrera que chaque acte a des conséquences.

Verdict : Avec les honneurs

rock