Archives de Tag: Monstres

John SHIRLEY – Bioshock : Rapture

Bioshock RaptureTitre original : Bioshock : Rapture (2011)
Traduit par Cédric Degottex
Sortie : 17 Février 2016
Editions : Bragelonne
ISBN : 978-2-35294-930-5
Nbr de pages : 403
Prix constaté : 28€

Résumé :
C’était la fin de la seconde guerre mondiale. Le New Deal du président Roosevelt avait redéfini la politique américaine. Les impôts avaient atteint un pic sans précédent. Les bombardements de Hiroshima et Nagasaki avaient créé la peur de l’annihilation totale. La montée d’agences gouvernementales secrètes avait rendu la population méfiante. Le sentiment de liberté des États-Unis s’était étiolé… Et nombreux étaient ceux qui voulaient retrouver cette liberté. Parmi eux, un grand rêveur, un immigré qui s’était élevé des plus profonds abysses de la pauvreté pour devenir l’un des hommes les plus riches et les plus admirés au monde. Cet homme s’appelait Andrew Ryan, et il avait la conviction que les grands hommes méritaient ce qu’il y avait de mieux. Alors il se mit en quête de l’impossible, une utopie libre de tout gouvernement, de toute censure, de toute restriction morale sur la science, où ce qu’on donnait on le recevait en retour. Il a créé Rapture, la lumineuse cité sous les mers. Mais l’utopie a été frappée d’une terrible tragédie. Voici comment tout a commencé… et tout a fini.

Impressions :
Avant de se lancer dans « Bioshock : Rapture », il faut savoir qu’il s’agit d’une préquelle à la série de jeux vidéos sortis entre 2007 et 2010 (le dernier en date déviant de l’univers original) et que, bien que le roman se suffise à lui-même, mieux vaut connaitre les jeux pour l’apprécier pleinement. Ça ne veut pas dire que vous n’y comprendrez rien si vous ne connaissez pas (vu que le roman revient sur la genèse de Rapture) mais disons que vous n’y prendrez pas autant de plaisir, je pense. Voilà qui est dit. Ce FPS complétement allumé et à l’ambiance bien glauque est un des plus originaux dans le genre. L’univers très poussé et particulièrement prenant m’a très vite donnée envie de découvrir le roman de John Shirley, que Bragelonne a sorti dans une très édition qui plus est. Alors, mauvaise adaptation surfant sur le buzz des jeux ou roman à part entière apportant sa pierre à l’édifice ?

  Le récit se déroule aux Etats-Unis à la fin de la 2nde guerre mondiale, en plein milieu de la veine expansionniste où les droits des travailleurs commençaient tout juste à être reconnus. Andrew Ryan, un self-made man épris de liberté et lassé des demandes du gouvernement toujours plus gourmandes, décide de créer une utopie où chacun pourrait réaliser ses rêves, sans restriction ni limites. Ainsi nait Rapture, cité sous-marine autonome loin de tous les regards, havre de paix pour chacun… Non, non ! Rembobinons ! Ainsi nait Rapture, cité sous-marine esclave de ses besoins, loin des regards de la surface mais épiée par son dictateur fou, havre de paix pour tous ceux qui sont prêts à piétiner autrui pour gagner la plus grosse part du gâteau… Là, c’est déjà plus fidèle à la réalité ! Car oui, vous imaginez bien que dans chaque belle utopie il y a un accroc qui ne demande qu’à tout déchirer…

bioshock

  Malgré un début un peu poussif qui explique la construction de Rapture, le récit est immersif et fascinant. Voir cette belle utopie dégringoler et tomber dans les travers les plus grossiers est un vrai plaisir ! On se rappelle de toutes ces belles idéologies qui n’ont pas tenu longtemps face à l’appât du gain, Rapture n’échappant pas à la règle. Liberté pour tous ! (= comprenez pas de répression même si vous faites des expériences médicales sur des cobayes semi-consentants, même quand les expériences tournent à la catastrophe et transforment lesdits cobayes en monstres de foire). Égalité pour tous ! (= comprenez que l’on acceptera que vous usiez des moyens les plus vils pour établir la suprématie de votre commerce sur autrui, même si ça pousse vos concurrents au suicide). Fraternité ? Bah non, à Rapture c’est chacun pour soi, l’entraide, la compassion, la solidarité étant bannis. Tout comme les syndicats, les religions et toute forme d’individualité. Andrew Ryan vous promet un monde sans gouvernant ni loi ni contrôle mais fait construire des statues de lui un peu partout, installer des caméras pour vous surveiller et envoie sa milice quand vous ne respectez pas SES règles. Bref, un bel exemple d’hypocrisie et un univers misérable où la population des « élus » déchante bien vite et dégénère dans son souci quotidien de productivité et d’efficacité. Je me suis régalée à découvrir ce commencement et à retrouver certaines figures emblématiques des jeux. La fin est un peu vite expédiée mais le roman n’en reste pas moins un bon prolongement des jeux.

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Publicités

Hiroshi SHIIBASHI – Illegal rare, tome 1

illegal rare 1Titre original : Illegal rare (2014)
Série finie en 4 tomes.
Date de parution : 07/10/2015
Editions : Delcourt
Collection : Shônen
ISBN : 978-2-7560-7237-1
Nbr de pages : 181
Prix constaté : 6.99€

Résumé :
Fukumen et Black Vampyr King AxL sont à la tête d’une organisation de défense des créatures surnaturelles en voie de disparition, les «Rares». Leur but ? Les protéger de l’inlassable traque dont elles font l’objet et leur permettre de vivre librement. Première mission : retrouver une sirène qui vient d’être kidnappée. Encore faut-il qu’AxL retrouve la taverne où les Rares se réunissent…

Impressions :
Certains d’entre nous reconnaitront peut-être Hiroshi Shiibashi pour son manga « Nura, le seigneur des yokai », 25 tomes série complète avec en sus 2 saisons d’un anime produit par le studio DEEN. « Illegal rare » suivra t’il le même chemin ? Rien n’est moins sûr, le manga étant bouclé en 4 petits tomes, de quoi laisser souffler le mangaka j’imagine. A quoi s’attendre avec ce premier tome ? On y retrouve la passion du mangaka pour les monstres en tous genres, avec un pitch qui tourne autour de créatures fantastiques en voie de disparition, un héros classieux et des combats nerveux. Bref, si vous faites fan de licornes, sirènes ou autres vampires, ce manga pourrait bien vous plaire.

  « Illegal rare » est un shônen pur jus qui ne renouvelle pas le genre mais surfe sur la vague fantastique amorcé il y a quelques années. Si ce premier tome ne se démarque pas de la production actuelle, il divertit à défaut d’autre chose. Les monstres sont plutôt bien fichus, mention spéciale pour le masque d’épouvantail de Fukumen. Le costume d’Axl lors de sa transformation en Black Vampyr m’a semblé bien ridicule en comparaison (si ça devait en jeter, c’est raté !). L’intrigue qui tourne autour de différentes affaires de chimères chassées est intéressante mais manque encore de poids, on est en droit d’attendre d’autres enjeux en toile de fond. Le trait de Shiibashi Hiroshi est agréable, quoique classique, la mise en scène relativement dynamique. A noter, des petites touches d’humour bienvenues. Bref, sympa sans être transcendant.

Verdict : Roulette russe

roulette-russe

Yoshiaki SUKENO – Twin Star Exorcists, tome 2

twin-star-exorcist-2-kaze7 tomes en cours de parution au Japon
Titre original : Sousei no Onmyouji, book 2 (2014)
Date de parution : 06/05/2015
Editions : Kazé
ISBN : 978-2-82032-049-0
Nbr de pages : 192
Prix constaté : 6.99€

Résumé :
Rokuro refuse de devenir Onmyôji, tandis que Benio ne vit que dans un seul but : anéantir tous les Impurs. Leur destinée commune leur impose néanmoins de devenir le couple qui donnera naissance au plus puissant des Onmyôji ! Contraints par leur supérieur, maître Arima, d’habiter ensemble, ils s’aperçoivent très vite qu’ils sont loin d’être un duo harmonieux ! Mais voilà qu’un soir, sur le chemin du retour, Benio tombe sur l’Impur qu’elle recherchait depuis des années afin d’assouvir sa vengeance…

Impressions :
L’intrigue progresse rapidement dans ce second tome. A l’aide d’un retour dans le passé de Benio, le mangaka nous explique les raisons de son acharnement à vouloir à tout prix devenir la meilleure exorciste. Et aussi pourquoi elle affiche toujours cet air stoïque comme si rien ne la touchait. Beaucoup d’émotions dans ce tome, de quoi commencer à s’attacher aux personnages. On sent leur fragilité et on a envie de les soutenir. Surtout que ce passif sombre est allégé par une atmosphère bon enfant avec des petites saynètes du quotidien plutôt amusantes. J’adore la tête de Seigen quand il courate Rokuro, ça vaut son pesant de cacahuètes.

  Le mystère entourant les impurs et leur mutation commence doucement à se mettre en place. L’action est, quant à elle, toujours très présente. La mise en scène se veut dynamique, les batailles décortiquant les mouvements des personnages pour plus d’impact. L’apparition d’un ennemi bien coriace apporte un peu de piment et donne lieu à de belles scènes de combat, que j’ai trouvé par ailleurs un peu moins brouillon. Un nouveau personnage clé fait son apparition, lié au passé de Rokuro et de la tragédie d’Hinatsuki. Entre révélations, rigolade et combats, on ne s’ennuie pas dans ce second tome !

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

Yoshiaki SUKENO – Twin Star Exorcists, tome 1

twin-star-exorcist-1-kaze7 tomes en cours au Japon
Titre original : Sousei no Onmyouji, book 1 (2014)
Date de parution : 06/05/2015
Editions : Kazé
ISBN : 9782820320483
Nbr de pages : 193
Prix constaté : 6.99€

Le site dédié !

Résumé :
Rokuro refuse de devenir Onmyôji, tandis que Benio ne vit que dans un seul but : anéantir tous les Impurs. Leur destinée commune leur impose néanmoins de devenir le couple qui donnera naissance au plus puissant des Onmyôji ! Contraints par leur supérieur, maître Arima, d’habiter ensemble, ils s’aperçoivent très vite qu’ils sont loin d’être un duo harmonieux ! Mais voilà qu’un soir, sur le chemin du retour, Benio tombe sur l’Impur qu’elle recherchait depuis des années afin d’assouvir sa vengeance…

Impressions :
Il y a comme un petit air de « Blue Exorcist » dans le dernier manga de Yoshiaki Sukeno et pour cause, le manga met lui aussi en scène de jeunes exorcistes. Bien que moins original que son confrère, ce petit shônen se laisse lire et devrait faire le bonheur des ados qui découvriraient le genre. Si vous êtes un habitué du shônen par contre, vous risquez d’être moins emballé par le côté classique de l’intrigue. Jugez plutôt : deux collégiens que tout oppose, une jeune fille de bonne famille et un orphelin au passé trouble, découvrent qu’ils sont les « twin star exorcists », deux exorcistes qui donneront naissance au plus puissant des onmyoji ! Bien sûr, les deux s’entendent comme chien et chat et n’ont aucunement l’intention de se marier dans le futur…

tse1

  On nage en terrain connu avec ce premier tome. Une bonne dose de fantastique, de combats, de dépassement de soi avec une petite touche d’humour pour agrémenter le tout. Très orienté action, ce premier tome met assez rapidement en place les enjeux du manga. On se doute que la relation Rokuro-Benio sera au cœur de l’intrigue et que les exorcismes seront légion. C’est dynamique à l’image des cases surchargées qui ne laissent pas de place à la contemplation. Normal pour un shônen. Les scènes de combat ont du coup tendance à être un peu brouillon malgré un trait assuré. Mais rien de bien méchant au demeurant.

tse2

  L’aspect fantastique est très réussi. L’onmyôji, art religieux et folklorique typiquement japonais est très bien amené et expliqué. Avec sa cohorte de démons titanesques et ses nombreuses incantations, on n’a pas le temps de souffler. L’aspect dramatique du manga se dessine avec le passé obscur de Rokuro, ce qui s’oppose assez bien à son caractère de personnage chevaleresque qui se la raconte. A l’opposé Benio est très peu expressive, toujours sur la réserve, ce qui rappelle l’idée de m’onmyôdo : l’union du yin et du yang… Bref, bien qu’il ne révolutionne pas le genre, « Twin star exorcists » est un shônen sympathique pur jus. Du suspense, de l’humour, du fantastique, du nekketsu, de quoi plaire au plus grand nombre.

tse3

Verdict : Bonne pioche

bonne-pioche

A savoir : un anime est en cours de production et devrait débuter en avril !