John VERDON – N’ouvre pas les yeux

n'ouvre-pas-les-yeuxTitre vo : Shut your eyes tight (2011)
Broché paru le 16/05/12
Edition : Grasset
ISBN : 978-2-246-76951-4
Nbr de pages : 567
Prix constaté : 21.50€

Résumé :
Une jeune femme a été retrouvée décapitée le jour même de son mariage, dans la somptueuse propriété des Ashton. Tout accuse le jardinier mexicain, un certain Hector Flores, qui demeure introuvable depuis. L’inspecteur Gurney, appelé en dernier recours par la mère de la victime pour retrouver le meurtrier, s’aperçoit bientôt que la mariée n’avait rien d’une oie blanche… et que ses rapports avec son fiancé, Scott Ashton, jeune et brillant psychiatre, fondateur d’un institut pour enfants « difficiles », sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue.
Gurney ne tarde pas à se rendre compte que rien, dans cette histoire, n’est conforme aux apparences. Et quand il découvre, déposée chez lui en son absence, une poupée décapitée, il comprend très vite aussi qu’il risque lui-même d’être la prochaine victime. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que son enquête va le mener bien au-delà du meurtre, dans la toile inextricable d’un ennemi terrifiant, tentaculaire et, surtout, très patient.

Ce que j’en ai pensé :
Après « 658 », John Verdon nous revient avec une nouvelle enquête pour son héros, l’inspecteur à la retraite David Gurney. Si la première investigation de Gurney était ingénieuse avec son lot de jeux de pistes et de mots qui poussaient le lecteur à cogiter, « N’ouvre pas les yeux » est encore un cran au-dessus de celle-ci avec son intrigue haletante et alambiquée et son thème choquant et dur, j’ai été une nouvelle fois bluffée. Je ne pensais pas que John Verdon puisse réussir à m’étonner une nouvelle fois et c’est pourtant chose faite…

  Comme dans les premières « aventures » de l’inspecteur, une grande partie du récit s’intéresse à la vie personnelle de Gurney, à ses relations chaotiques avec son épouse et à sa personnalité en général. Une manière de nous aider à mieux cerner le personnage, qui décidément possède de nombreuses facettes et de nombreuses cordes à son arc. Certains trouveront certainement ces passages un peu longs voire ennuyeux, mais il faut bien avouer qu’ils ont leur importance dans l’intrigue et que Verdon n’est pas adepte de l’action effrénée (oubliez courses-poursuites et cie, et mettez en route vos neurones).

  Ceux-ci (vos neurones) seront d’ailleurs mis en mouvement dans ce second tome avec l’énigme de la pièce fermée, les apparences trompeuses et les faits rapportés qui tromperont plus d’une fois. Si la découverte du meurtrier n’étonne pas plus que ça, l’importance du mobile et le plan mis en œuvre pour accomplir celui-ci ont de quoi faire cogiter le lecteur plus souvent qu’à son tour. La thématique centrale du roman (que je ne dévoilerai pour ne pas gâcher l’effet de surprise) est choquante et malsaine, mais a le mérite d’être originale et bien amenée, rien de gratuit donc. Bref, un très bon thriller, bien structuré et prenant, qui donne envie de poursuivre les enquêtes de David Gurney.

Verdict : Avec les honneurs

rock

Publicités

Tagué:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :